Nice: La mairie annonce du nouveau pour le vélo, les usagers en demandent davantage

TRANSPORTS Des bus vont être supprimés et certains couloirs vont devenir des pistes cyclables, un «paradoxe» selon un collectif...

Fabien Binacchi

— 

Des pistes cyclables vont remplacer des couloirs de bus (comme ici, au niveau du square Joffre)
Des pistes cyclables vont remplacer des couloirs de bus (comme ici, au niveau du square Joffre) — Ville de Nice
  • A la traîne selon de récents classements, la ville de Nice vient de présenter un plan vélo.
  • Elle a notamment prévu de remplacer les couloirs de bus, où le nombre de passages va être divisé par trois, par des pistes cyclables.
  • Un budget d’au moins 500.000 euros par an est annoncé pour ce plan, « presque anodin », selon le collectif Nice à vélo

« Peut beaucoup mieux faire ». C’est, en substance, l’analyse du collectif Nice à vélo après les annonces de la mairie pour faire avancer la petite reine. Arrivée loin derrière dans de récents classements mettant à l’honneur les villes vélo-friendly, la capitale azuréenne va notamment ajouter 6 km de pistes cyclables le long de la ligne 2 du tramway, rues Joffre, Pastorelli, hôtel des Postes, Liberté et Buffa...

En lieu et place des couloirs de bus. « Dès 2019, le nombre de leurs passages sera divisé par trois », libérant ainsi ces espaces, a annoncé le maire Christian Estrosi.

Parkings sécurisés et trottinettes électriques

D’autres pistes, du nord au sud, à l’est de l’avenue Jean-Médecin, vont être renforcées et sécurisées. Des parkings à vélo, comme à la gare Thiers, vont aussi être installés. Et, d’ici à la fin de l’année, des scooters, des vélos et des trottinettes électriques viendront s’ajouter au service Vélo bleu. Un budget annuel de 500.000 euros minimum sera consacré dès 2019 au développement de la mobilité douce.

« On part de tellement loin que 500.000 euros ça paraît presque anodin », peste-t-on du côté de Nice à vélo. Pire, « ça n’est pas en rajoutant des pistes sur les voies de bus que l’on œuvre pour le vélo », s’agace Hervé Andres. Ce membre actif juge « assez paradoxal de prendre sur des transports en commun ce qui devrait être pris sur la voiture. »

Pour Xavier Garcia, premier secrétaire du PS 06, il faudrait « faire beaucoup plus » pour rattraper le retard et une ville comme Strasbourg, où le vélo représente plus de 15% des déplacements (contre moins de 2% pour Nice). Dans le plan de la ville, « l’axe Nord-Sud qui est l’un des gros points noirs n’est pas traité au-delà de la gare Thiers et l’Est est totalement négligé », pointe le responsable.