Nantes: La marque Ho Karan met du cannabis dans ses cosmétiques

TENDANCE La start-up nantaise vient de convaincre Sephora de commercialiser ses produits…

Julie Urbach

— 

Les produits Ho Karan, à base d'huile de chanvre
Les produits Ho Karan, à base d'huile de chanvre — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Laure Bougen, 27 ans, a fondé une marque de soins à base d’huile de chanvre.
  • La graine de cette plante, proche cousine du cannabis, serait très riche en oméga 3 et en vitamines, bénéfiques pour la peau.

Inutile de chercher à les fumer, ce n’est pas fait pour ça et ça ne vous fera aucun effet. Depuis quelques mois, des produits à base d’huile de chanvre (cette plante cousine du cannabis) font leur apparition sur le marché des cosmétiques. Laure Bouguen, une jeune Nantaise de 27 ans, a carrément lancé sa marque, Ho Karan (« je vous aime » en breton), qui propose des crèmes pour le visage, déodorant, ou autre contour des yeux. Elle a même convaincu les enseignes Nature & Découvertes et très récemment Sephora de commercialiser ses soins.

Car il n’y a rien d’illégal dans la démarche d’Ho Karan. « Le cannabis et le chanvre sont une même plante à la différence que la deuxième contient un taux de THC beaucoup plus faible, moins de 0,2 % », explique Laure Bouguen, diplômée de l'école de commerce nantaise Audencia. S’il n’y a donc pas de substance psychotrope, c’est pour d’autres vertus qu’Ho Karan s’intéresse au chanvre. Et non à sa fleur ou à sa tige, utilisées par exemple dans le textile, mais plutôt à sa graine.

Laure Bouguen, 27 ans, a créé la marque Ho Karan
Laure Bouguen, 27 ans, a créé la marque Ho Karan - J. Urbach/ 20 Minutes

« Elle est très riche en omégas 3 et 6 mais aussi en vitamine E, détaille Emmanuel Laheux, docteur en pharmacie et l’un des trois salariés de la start-up. Non comédogène, elle permet d’hydrater la peau, de l’apaiser, et enfin de la protéger en reconstituant le film hydrolipidique. » Pour tout type de peau, les produits s’adressent aussi aux hommes, qui représentent d’ailleurs un tiers des clients de la marque.

La gamme va s’étendre

Si les bureaux d’Ho Karan se situent sur l’île de Nantes (mais aussi à station F à Paris, l’incubateur de Xavier Niel), c’est en Bretagne, où les grands-parents de Laure cultivaient le chanvre, que l’entreprise se fournit. La graine est ensuite pressée à froid, avant la confection des produits dans un laboratoire. Les commandes, quotidiennes, sont livrées en France (près de la moitié à Paris) et ailleurs en Europe.

La marque, qui se revendique « naturelle, vegan, et made in France », ne communique pas sur son chiffre d’affaires. Mais « ce dernier a été multiplié par 10 en quelques mois », dit-on, et Ho Karan a pour projet d’étendre sa gamme de soins visage et d’agrandir son équipe. « Il y a un vrai changement de discours sur le cannabis, ça nous aide beaucoup, se félicite Laure Bouguen. Avec le CBD, on se rend compte qu’au-delà de l’aspect récréatif, il peut y avoir une utilisation médicale, avec une partie bien-être. »

Ho Karan assume cependant jouer sur l’ambiguïté notamment dans les appellations de ses produits, comme « l’huile stupéfiante » ou « le savon surnaturel ». Une tendance qui ne fait pas l’unanimité. « L’huile de chanvre n’a aucune valeur ajoutée dermatologique par rapport à l’huile d’olive ou l’huile de jojoba, assure Laurence Coiffard, professeur à l’université de Nantes et cocréatrice du blog Regard sur les cosmétiques. Le chanvre sert plutôt à faire du buzz et à gonfler les prix ! » Chez Ho Karan, il faut compter 12 euros pour un savon, 25 pour un tube de crème.