Dérèglement climatique : Les Etats approuvent le rapport choc du Giec

ENVIRONNEMENT Le résumé du rapport du Groupe des experts climat de l'ONU (Giec) a été approuvé par les gouvernement ce samedi mais ne sera rendu public que dans la nuit de dimanche à lundi lors d'une conférence de presse…

Claire Planchard

— 

La 48e session du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) se tient à Incheon en Corée du Sud depuis le 1er octobre.
La 48e session du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) se tient à Incheon en Corée du Sud depuis le 1er octobre. — Jung Yeon-je / AFP

Une première étape franchie pour le nouveau rapport du Groupe des experts climat de l'ONU (Giec). Avant que son contenu soit dévoilé dans la nuit de dimanche à lundi, les gouvernements du monde ont approuvé ce samedi ses principales conclusions.

Forts impacts au-delà de 1,5°C de réchauffement.

La réunion à huis clos du Groupe des experts climat de l’ONU (Giec), entamée lundi à Incheon en Corée du Sud, a dû être prolongée d’une journée et ses dernières heures ont été consacrées en particulier à résoudre l’opposition montrée par Ryad, ont relaté plusieurs participants.

Dans leur rapport,, les scientifiques décrivent, sur la base de 6.000 études, la grande différence d’impacts entre un réchauffement de +1,5°C et de +2°C. Et ils listent les différentes pistes d’actions, qui passent d’abord par une réduction massive des émissions de gaz à effet de serre (issues aujourd’hui pour les trois quarts des énergies fossiles).

Contestations saoudiennes

Premier exportateur mondial de pétrole, l’Arabie saoudite a, selon plusieurs participants, âprement contesté en fin de parcours un chapitre rappelant l’insuffisance globale des engagements de réductions d’émissions pris à Paris par les pays pour rester à 1,5.

Avant de « finalement lever son blocage, parce que cela était sur le point de s’achever par une note en bas de page », a indiqué un observateur requérant l’anonymat.

« C’est assez rare qu’un gouvernement accepte d’avoir son nom au bas de la page, parce que c’est un peu gênant pour lui », expliquait il y a quelques semaines le responsable de la communication du Giec, Jonathan Lynn.

Ce dernier baroud saoudien ne fut cependant pas une surprise tant la délégation est intervenue toute la semaine, sur le fond comme sur les formulations, ont décrit des témoins.

Dans le passé Ryad a aussi souvent été très active pour freiner l’action onusienne contre le réchauffement, qu’il s’agisse des rapports du Giec ou des négociations pour trouver un accord sur les réductions d’émissions. Et si fin 2015 le royaume a adopté l’accord de Paris visant à garder la planète « bien en deçà de 2°C » et si possible 1,5°, il était aussi opposé à l’ajout de ce 1,5, revendication des Etats les plus vulnérables.

« Vous ne pouvez pas négocier avec la science"

Outre Ryad, les scientifiques du Giec ont aussi eu à répondre à toutes les questions, voire les contestations exprimées pendant cette semaine de relecture ligne par ligne de son résumé de 20 pages. Il semble cependant qu’elles aient été résolues sans infliger de « dégâts » majeurs au texte original, selon le terme d’un participant.

« Nous nous attendions à des négociations difficiles, et nous sommes heureux de voir que les gouvernements ont fait preuve d’une vraie réflexion sur les éléments scientifiques », a réagi en fin de réunion Stephen Cornelius, conseiller principal climat pour le WWF.

« Les engagements actuels des pays pour réduire les émissions ne suffiront pas à limiter le réchauffement à 1,5°C, vous ne pouvez pas négocier avec la science », a-t-il ajouté.

Base travail pour la COP24

Commandé par l’ONU au moment de l’accord de Paris, ce rapport doit nourrir le processus de révision des engagements nationaux, qui doit être lancé aux prochaines négociations climat, à la COP24 de Katowice en décembre.

« Ce rapport est le plus important rapport scientifique sur le climat que nous ayons eu », a estimé samedi Jennifer Morgan, la directrice de Greenpeace International. « Les gouvernements l’ont demandé, alors maintenant qu’il est adopté, ils doivent se l’approprier et agir sur cette base ».

L’ONG espère qu’il sera évoqué dès mardi lors du conseil environnement de l’UE.

Dans de nombreuses capitales, ce « résumé » de 20 pages sera à son tour résumé dans les cabinets à destination des ministres. Au sein des gouvernements, les rapports du Giec sont souvent « une arme » des ministères de l’Environnement pour gagner des arbitrages face à leurs collègues de l’Economie, explique aussi Bill Hare, du centre de recherche Climate Analytics.

Pour lui, il aura également « un impact sur les industriels, les entreprises, les villes, la société civile. La communauté financière l’attend, qui nous réclame elle aussi un "résumé financier pour les décideurs" et les investisseurs ».