Haute-Garonne: Trier ses déchets, ça peut aussi rapporter

ENVIRONNEMENT Pour réduire la taille des poubelles de ses habitants,et les inciter à mieux trier leurs déchets, le Sicoval a mis en place des bacs équipés de puces et a opté pour la tarification incitative. Une mesure qui porte ses fruits…

Béatrice Colin
— 
Au centre de tri sélectif de la mairie de Toulouse, le 22 mai 2008.
Au centre de tri sélectif de la mairie de Toulouse, le 22 mai 2008. — Frederic Scheiber/20 Minutes
  • En Haute-Garonne, chaque année les habitants trient 60,6 kg d’emballages et papier contre 72,6 kg sur l’ensemble de la région.
  • Pour pousser ses habitants à réduire la taille de leurs poubelles, l’agglomération du Sicoval, au sud-est de Toulouse, a mis en place la tarification incitative.
  • Les habitants paient à chaque fois que leur poubelle est ramassée. Pour réduire leur facture, ils ont en moyenne réduit de 20 % le poids de leur poubelle d’ordures ménagères.

D’ici à 2025, 100 % des emballages devront être recyclés. En Haute-Garonne, même si cela s’améliore, on est loin du compte selon un bilan dressé par Citeo, l’entreprise chargée de développer le tri et le recyclage. L’an dernier, chaque habitant a trié 60,6 kg de plastique, papier ou encore cannettes en acier contre 72,6 kg sur l’ensemble de la région.

Pour inciter les gens à réduire la taille de leur poubelle, le Sicoval a décidé de mettre en place il y a deux ans une redevance incitative. Les 27 000 foyers de l’agglomération du sud-est toulousain ont désormais des conteneurs équipés de puces. Moins ils le remplissent, moins ils le sortent et moins ils sont collectés. Au lieu d’être ramassées deux fois par semaine, certaines poubelles le sont désormais une fois toutes les trois semaines.

« En 2014, chaque habitant produisait 203 kg d’ordures ménagères par an, fin 2017 ce chiffre était descendu à 164 kg, soit 20 % de moins. Cela a entraîné une baisse de facturation pour 60 % des foyers dès la première année », explique-t-on au sein de la collectivité.

Recyclage de tous les plastiques

Pour y parvenir, les habitants se sont améliorés sur le tri de leurs emballages, notamment du verre. Beaucoup ont aussi investi dans un composteur, les biodéchets représentant 30 % du volume des poubelles. Le Sicoval en a vendu 950 en 2016, le double d’une année classique.

Pour continuer sur la lancée, les responsables attendent avec impatience la collecte généralisée de tous les emballages plastiques, des pots de yaourt aux barquettes, obligatoire partout d’ici 2022. « Cela simplifiera le message et permettra de faire progresser le taux de recyclage car aujourd’hui seulement 57 % du plastique est recyclé », note Laure Poddevin, directrice régionale de Citeo. Reste à mettre aux normes les centres de tri.