Le directeur général de Greenpeace Jean-François Julliard
Le directeur général de Greenpeace Jean-François Julliard — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

CLIMAT

Dérèglement climatique: Non, Macron n'est pas le «champion de la planète», tacle le directeur de Greenpeace

Le directeur général de Greenpeace Jean-François Julliard le retard pris notamment dans le domaine de la transition énergétique...

Emmanuel Macron « champion de la planète » ? Rien n’est moins sûr. En apprenant que le chef de l’Etat allait recevoir ce « titre » ce mercredi lors de la deuxième édition du « One Planet Summit », Greenpeace est « tombé de sa chaise », a indiqué son directeur général Jean-François Julliard au micro de BFMTV.

« Littéralement, non Emmanuel Macron pas plus que le gouvernement français aujourd’hui n’est champion de la planète », a indiqué Jean-François Julliard. « Si on prend quelques indicateurs comme le retard qu’on a pris dans le domaine de la transition énergétique, dans le domaine du transport, dans le domaine de la transformation nécessaire de l’agriculture, concernant la lutte contre la déforestation… Beaucoup beaucoup de sujets sont sur la table du gouvernement et entre les mains d’Emmanuel Macron. Et, non, la France n’est pas exemplaire dans la lutte contre le dérèglement climatique. »

« On a l’impression que ce prix récompense ce fameux slogan »

Concernant l’utilisation du slogan « Make our planet great again » faite par le président de la République, « on a l’impression que ce prix récompense ce fameux slogan », a souligné le directeur général de Greenpeace. « Si on prend la réalité des actes menés en France ou dans d’autres pays, on est loin du compte », a-t-il insisté.

« Est-ce que les Nations Unies sont là pour récompenser de la communication politique, des slogans et des promesses ? Non, pour nous ça ne devrait pas être le cas. Ce que devraient récompenser les Nations Unies ce sont les actes concrets, les réelles transformations dont nos sociétés ont besoin pour engager une véritable transition écologique et avoir de vraies actions qui ont un effet réel sur le dérèglement climatique. »