VIDEO. Bretagne: Loup y-es tu? Les avis divergent sur la question

NATURE Un photographe animalier affirme avoir observé la bête il y a quelques jours dans la région...

Jérôme Gicquel

— 

Un loup au zoo de Pleugueneuc en 2015 (image d'illustration).
Un loup au zoo de Pleugueneuc en 2015 (image d'illustration). — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Depuis plusieurs mois, l’Observatoire du loup relate des témoignages de personnes ayant observé le loup en Bretagne.
  • Très sceptiques, de nombreux spécialistes attendent de voir des preuves matérielles.
  • S’il se peut qu’un jour un loup s’aventure en Bretagne, les conditions ne sont toutefois pas réunies pour qu’il s’y installe durablement.

Selon la légende, le groupe Tri Yann aurait entendu « le loup, le renard et la belette chanter ». Une version peut-être pas si farfelue si l’on en croit l’Observatoire du loup qui rapporte depuis plusieurs mois des témoignages de personnes ayant aperçu le canis lupus lupus dans la région. Le dernier en date remonte au 8 septembre. Un photographe animalier aurait ce jour-là aperçu un loup rôdant sur les berges du lac de Guerlédan dans les Côtes-d’Armor.

Quelques jours plus tard, une déjection de grand canidé aurait également été découverte dans le même secteur, précise l’association. Du côté des autorités, la nouvelle est prise avec beaucoup de scepticisme. Entre fantasme et réalité, difficile de savoir si le loup est de retour en Bretagne. 20 Minutes est parti sur les traces du grand méchant pour tenter d’y voir plus clair.

Un loup a été aperçu le 8 septembre à Guerlédan.

PEUT-ETRE (mais ce n’est pas prouvé). L’Observatoire du loup est formel. C’est bien un loup, et plus précisément une louve, qui a été aperçue le 8 septembre le long des berges du lac par un photographe animalier. L’association avance même qu’un deuxième individu traînerait dans les parages. « Le problème, comme souvent avec cette association c’est qu’il n’y a aucune preuve matérielle qui en atteste », indique Patrick Boffy, vice-président de l’association Ferus, qui œuvre pour la protection du loup. « Ils ont tendance à voir des loups un peu partout », poursuit-il.

Surpris de sa rencontre, le photographe n’aurait en effet pas eu temps de sortir son appareil pour immortaliser la scène. Du côté de la préfecture des Côtes-d’Armor et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, on estime également que les preuves sont trop maigres, voire inexistantes.

Un loup peut s’être aventuré jusqu’en Bretagne.

VRAI. Sur ce point, tous les spécialistes sont d’accord. Il se peut qu’un jour un loup isolé ait déjà pointé ou pointe son museau en Bretagne. « Certains individus pourraient arriver jusqu’en Bretagne, ils en ont la possibilité biologique », assure l’historien François de Beaulieu, auteur de nombreux ouvrages sur la nature en Bretagne.

Depuis plusieurs années, des loups ont ainsi été aperçus en Bourgogne, dans le Jura ou en Belgique, bien loin de l’Arc Alpin ou du sud-est de la France où ils sont majoritairement présents. « C’est donc possible que l’on retrouve un individu erratique en Bretagne. Mais rien ne permet de l’affirmer », indique le naturaliste Pierre Rigaux.

Le loup sera de retour en 2020 en Bretagne.

FAUX. La date est précise, son exactitude peut-être un peu moins. Toujours selon l’Observatoire du loup, la bête s’installera définitivement en Bretagne à partir de 2020. Une thèse farfelue selon de nombreux spécialistes. « Ce n’est pas sérieux. La Bretagne n’offre pas assez de ressources alimentaires ni de grands espaces pour que le loup puisse s’y installer durablement », souligne François de Beaulieu. Même réponse de la part de Patrick Boffy. « Apercevoir un loup, c’est une chose. Mais pour que le loup s’installe durablement, c’est une autre histoire ! ».

Le loup a déjà été présent en Bretagne.

VRAI. La présence du loup en Bretagne n’est pas une nouveauté. Le grand canidé a ainsi été présent, comme partout sur tout le territoire, jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’animal a depuis disparu, éradiqué par les chasseurs et la population. Le dernier loup vivant aurait été aperçu en 1906 dans les Monts d’Arrée, entre les communes de Brasparts et de Loqueffret dans le Finistère.