Strasbourg: Trois militants interpellés en tentant d'empêcher de nouvelles coupes d'arbres sur le tracé du GCO

TRAVAUX Sur un site de coupes d’arbre à proximité de Dingsheim (Bas-Rhin), au moins trois opposants au projet autoroutier du Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) ont été interpellés ce matin…

B.P.

— 

Des gendarmes lors de l'expulsion de la ZAD de Kolbsheim le 10 septembre. Illustration
Des gendarmes lors de l'expulsion de la ZAD de Kolbsheim le 10 septembre. Illustration — G. Varela / 20 Minutes

Malgré l’opposition au Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO), les coupes d’arbres continuent sur le tracé du projet autoroutier. Quinze jours après l’évacuation de la ZAD de Kolbsheim (Bas-Rhin), trois militants ont été interpellés ce lundi matin sur un site de travaux préparatoires près de Dingsheim, selon les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Afin de tenter d’empêcher un nouveau déboisement entre cette commune et celle de Griesheim-sur-Souffel, plusieurs opposants n’ont encore une fois pas hésité à grimper et s’accrocher dans des arbres avant même le lever du jour. Par le biais d’un communiqué, la préfecture a confirmé l’interpellation de trois personnes en fin de matinée.

« À cette occasion, un des manifestants a fait usage de gaz lacrymogène à l’encontre d’un gendarme, écrit-elle. Les forces de l’ordre n’ont à aucun moment fait usage de gaz lacrymogène. » Selon nos confrères, un manifestant a fait un malaise, et l’entreprise chargée des coupes a quitté les lieux. Trois jours plus tôt, quatre autres militants avaient aussi été interpellés à proximité de Breuchwickersheim, un peu plus au sud.

Trois référés déjà jugés, la plus grosse décision du tribunal attendue

Tandis qu’une dizaine de zadistes s’est réinstallée ce week-end à Kolbsheim (à côté d’une forêt désormais coupée), les opposants veulent garder espoir. Sur leurs trois recours jugés en référé, ils ont obtenu la suspension de deux arrêtés (sur le viaduc de la Bruche et 30 arbres à Pfulgriesheim, mais pas sur la modification du PLU de Brumath).

Le tribunal administratif de Strasbourg doit enfin se prononcer ce mardi sur l’autorisation de lancement du chantier, la décision la plus attendue. Les opposants à ce projet estiment notamment que le GCO ne réglera pas les problèmes de trafic à proximité de Strasbourg (son principal objectif selon ses promoteurs) mais attirera plus de camions.