Pays-Bas: Des couches pour bébé seront recyclées en pots de fleurs ou en meubles de jardin

ENVIRONNEMENT Une société située près de Nijmegen espère traiter environ 15.000 tonnes de couches par an…

20 Minutes avec agences

— 

Les couches pour bébé auront une seconde vie aux Pays-Bas. (Illustration)
Les couches pour bébé auront une seconde vie aux Pays-Bas. (Illustration) — OJO Images / Rex Features

Les couches de votre bébé transformées en… pots de fleurs : c’est l’idée d’une société près de Nijmegen (Pays-Bas) pour recycler la montagne de ces déchets produits chaque année par les foyers néerlandais.

L’entreprise d’énergie ARN a ainsi débuté ce mardi la construction de la première usine de ce type. Grâce à elle, le plastique des couches aura donc une seconde vie en tant qu’article ménager, et pourra par exemple être transformé en meuble de jardin.

Un « réacteur » en acier

L’usine, qui devrait commencer ses premières opérations de recyclage en décembre, disposera d’un « réacteur » en acier qui utilise de la vapeur à haute pression pour séparer les composés plastiques de l’urine et des matières fécales. « Les couches sont chauffées à 250 degrés Celsius sous 40 bars de pression et tout se liquéfie », indique Harrie Arends, porte-parole de la société.

Une fois refroidis, les granules de composé plastique flottent à la surface avant d’être séparées du reste, essentiellement des eaux usées. Le plastique est ensuite passé à travers un granulateur. Les eaux usées, qui génèrent du gaz, sont, elles, transformées en engrais et en carburant pour les centrales électriques. Le reste du liquide est acheminé vers une station d’épuration voisine.

Une capacité de traitement limitée

Après la mise en fonctionnement du premier réacteur, d’une capacité de 5.000 litres, l’usine prévoit d’en construire deux autres. La capacité de traitement reste cependant limitée puisque les foyers néerlandais jettent 144.000 tonnes de couches sales chaque année, selon l’organisation environnementale Milieu Centraal.

« Au total, nous prévoyons de traiter environ 15.000 tonnes de couches par an », explique Harrie Arends, porte-parole de la société. Quoi qu’il en soit, les Pays-Bas s’attaquent ici à une source majeure de pollution : les couches jetées en grande quantité constituent un risque majeur pour la santé selon les organismes de surveillance de l’environnement.