Alsace: Un rapport parlementaire préconise l'extraction des déchets toxiques enfouis de Stocamine

ENVIRONNEMENT Dans un rapport commandé par Nicolas Hulot en avril, trois députés préconisent l’extraction des déchets toxiques enfouis depuis bientôt 20 ans sur le site Stocamine de Wittelsheim (Haut-Rhin)…

B.P. avec AFP

— 

Un container de l'usine de stockage Stocamine de Wittelsheim (Haut-Rhin) en 2014. Illustration
Un container de l'usine de stockage Stocamine de Wittelsheim (Haut-Rhin) en 2014. Illustration — Sebastien Bozon AFP

La porte est désormais bien rouverte. En commandant une étude au printemps, Nicolas Hulot avait déjà saisi la poignée. Même s’il a entre-temps claqué celle de son ministère, le rapport de trois parlementaires alsaciens préconise l’extraction des déchets toxiques enfouis depuis bientôt 20 ans sur le site de stockage Stocamine à Wittelsheim (Haut-Rhin).

La publication de l’étude est prévue ce mardi. Mais l’AFP dévoile déjà ses conclusions. Selon les députés du Bas-Rhin et Haut-Rhin Vincent Thiébaut, Bruno Fuchs et Raphaël Schellenberger, « les déchets doivent être extraits si cela est techniquement possible » en fonction de leur nature, par précaution pour les habitants et l’environnement.

Un site ouvert trois ans et contenant 44.000 tonnes de déchets

L’Etat pourrait ainsi revenir sur le choix d’enfouir les déchets dangereux non-radioactifs de l’ancien centre souterrain alsacien. Ce que réclament depuis longtemps les associations environnementales, anciens mineurs et élus du territoire, en raison du risque de pollution de l’eau de la nappe phréatique qui proviendrait d’un ennoyage de la mine.

L’Etat avait pourtant choisi de confiner les 44.000 tonnes de déchets à 500 mètres sous terre, à l’exception de 2.200 tonnes contenant du mercure, entre autres. Ouvert en 1999 dans une ex-mine de potasse, Stocamine devait contenir 320.000 tonnes de déchets (de classe 1 et 0), mais un incendie a arrêté son activité en septembre 2002.