VIDEO. Une vieille vidéo de poulets gonflés à l'eau resurgit sur Facebook

FAKE OFF La vidéo a été partagée sur une page française. Mais de telles pratiques sont interdites dans l’Union européenne…

Mathilde Cousin

— 

Illustration d'un poulet avec une seringue.
Illustration d'un poulet avec une seringue. — JAUBERT/SIPA
  • Une vidéo vue 7,5 millions de fois sur Facebook montre une personne en train d’injecter une solution liquide dans des poulets pour les faire gonfler.
  • Cette vidéo a été tournée il y a au moins trois ans.
  • La loi française encadre la teneur en eau des volailles congelées ou surgelées.

Edit: L’article a été modifié pour ajouter des précisions sur la provenance de la vidéo.

Rôti, frit, à la basquaise ou dans un curry… Les Français aiment le poulet. Mais connaît-on vraiment les conditions de préparation de cet aliment ? Une nouvelle vidéo vient jeter le doute sur Facebook. Vue 7,5 millions de fois en neuf jours, elle montre une personne en train d’injecter une solution liquide dans des poulets pour les faire gonfler. « Quelle arnaque… Incroyable, écrit l’administrateur de la page qui a posté la vidéo. Tout le monde doit partager ça. Les gens doivent ouvrir les yeux ! »

FAKE OFF
Cette vidéo est ancienne. Nous avons pu remonter jusqu'en février 2015, moment où elle a été partagée sur la page Facebook d’Inter AZ, une chaîne de télévision azérie, qui émet à Moscou et en Azerbaïdjan. Elle y a été vue plus de 5 millions de fois et a été partagée 195.00 fois.

La vidéo est reprise le lendemain par une autre page Facebook azérie, avant d’être partagée par une page en turc. Quatre jours plus tard, elle apparaît sur un site de cuisine géorgien, qui la poste sur YouTube.

En trois ans, la vidéo a fait le tour du monde : sur YouTube, on la retrouve postée en géorgien, mais aussi en arabe, en français, en anglais, en espagnol

La loi européenne encadre la présence d’eau

Il est peu probable que la vidéo ait été tournée en France, où la présence d’eau dans les poulets congelés ou surgelés (un procédé industriel de refroidissement) est encadrée par des règlements européens. De l’eau est naturellement présente dans la viande, c’est la présence d’eau absorbée pendant la transformation du produit qui est contrôlée. Celle-ci ne doit pas dépasser des seuils fixés par la loi.

Après avoir été « plumées et lavées », les volailles sont refroidies « pour limiter la prolifération bactérienne », expliquait en 2017 la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Plusieurs techniques sont utilisées pour refroidir les bêtes : avec de l’air, par « aspiration ventilée » ou par « immersion ». Cette dernière technique, qui « consiste à plonger les volailles dans de l’eau glacée », est celle qui entraîne le plus d’absorption d’eau par la volaille. C’est ainsi que de l’eau peut venir alourdir la viande.

Des affaires de poulets à l’eau

Les pratiques mises en lumière dans la vidéo font écho à des affaires sanitaires récentes. En 2013, le Guardian révélait que des blancs de poulet vendus dans des supermarchés britanniques étaient composés à près d’un cinquième d’eau. Un industriel importait du poulet congelé du Brésil, puis le poulet était « remué » avec de l’eau et des additifs qui retiennent l’eau. Du sel ou un mélange de sel et d’huile de maïs avaient déjà été ajoutés à la viande au Brésil.

En avril, le poulailler Doux a été condamné à rembourser 82 millions d'euros d’aides versées par l’Union Européenne. Le groupe agroalimentaire a été épinglé pour des poulets exportés en Arabie saoudite et en Russie. Les contrôles effectués entre mars 2010 et juin 2012 ont révélé une teneur en eau supérieure à la réglementation européenne, bien que ces teneurs respectaient les normes sanitaires des pays d’exportation.

>> Cette vidéo nous a été envoyée pour vérification par une lectrice. Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.