Alsace: Les cigogneaux ont-ils fortement souffert de la canicule cet été?

ANIMAUX Dans différents villages d'Alsace ou de Moselle, la canicule de l’été a fait craindre à certains voisins de nids de l’emblématique oiseau de la région une hécatombe cette année....

Bruno Poussard

— 

Des cigognes, l'emblématique oiseau alsacien, au parc Cigoland. Illustration
Des cigognes, l'emblématique oiseau alsacien, au parc Cigoland. Illustration — Alexia Ighirri / 20 Minutes

Depuis des années dès les beaux jours, un couple de cigognes niche sur le toit de la maison de Marie et Thierry à Hoerdt (Bas-Rhin). Mais cet été, les chétifs cigogneaux nés au-dessus d’eux les ont inquiétés. « Un des petits tenait à peine sur ses pattes, précise la mère de famille. D’habitude, ils crachent si on s’approche un peu trop près d’eux quand ils sont dans le jardin. Mais là, ils sont carrément venus vers nous. Notre fils, Noé, les a même vus tenter de s’en prendre à un chaton. »

Alors, pour la première fois, malgré les contre-indications de coutume, ils les ont nourris une fois ou deux avec quelques restes de viande. Après plusieurs sauvetages à Sarralbe (Moselle) au début de l’été, un ornithologue a aussi craint une forte mortalité des jeune de l’espèce cette année, comme l'ont relayé plusieurs de nos confrères, à cause de la chaleur.

Le printemps, période plus critique pour les petits

Finalement, la canicule de l’été a-t-elle mis en difficulté l’oiseau emblématique de l’Alsace ? Au Groupement ornithologique du refuge nord Alsace (Gorna), des cigogneaux ont bien été pris en charge en juillet : « Mais pas tellement plus que l’an passé. » Ni dans les centres de soin alsaciens de la LPO.

« Les cigognes couvent à partir du début du mois de mars et les oisillons naissent mi-avril, alors l’apport dont les jeunes ont le plus besoin pour leur croissance se fait avant l’été, justifie son directeur, Christian Braun. D’autres années ont été plus problématiques à cause du manque de pluie (ou alors de beaucoup trop de pluie) en avril. »

Pas forcément l’oiseau le plus inquiété l’été

Avec la chaleur, ses proies (sauterelles, criquets, petits rongeurs, grenouille, etc.) souffrent cependant aussi et ont parfois tendance à se cacher la journée. Comment la cigogne s’adapte-t-elle alors ? « Elle est capable de faire des kilomètres en plus en vol pour s’alimenter, précise-t-il. Et puis elle mange tout ce qu’elle trouve. » A l’inverse, le merle est plus limité avec des vers de terre (trop profonds pour lui pendant la canicule) pour seule alimentation.

Pourtant, le couple de cigognes du village du directeur de la LPO Alsace n’a vu qu’un de ses trois petits survivre cette année. Christian Braun impute plutôt ça au manque de prairies et à la régulation de l’espèce. Il conclut : « Quand il fait très chaud, tout le vivant souffre. Mais ça deviendrait problématique si ces températures duraient car les animaux vont commencer à faire leurs réserves pour l’hiver. »
 

Des évolutions dans sa migration

 

Après avoir frôlé l’extinction dans la région dans les années 70, le bel échassier blanc au long bec rouge continue de se multiplier en Alsace et en Lorraine. Mais le réchauffement climatique n’est pas sans conséquence sur le mode de vie de l’oiseau. En début d’année, une enquête du «Figaro» a montré que certains ne migrent plus jusqu’en Afrique et s’arrêtent de plus en plus au Portugal où les hivers sont plus doux qu’avant.