Castration des porcs, broyage des poussins... Quel est le plan du gouvernement pour améliorer le bien-être animal?

ELEVAGE Ce plan est vivement critiqué par les associations qui accusent le gouvernement de faire du réchauffé...

20 Minutes avec AFP

— 

Poussin, illustration.
Poussin, illustration. — Legakis/REX Shutterstoc/REX/SIPA

Un plan déjà décrié. Le ministre de l'AgricultureStéphane Travert a présenté mercredi la feuille de route du gouvernement pour améliorer le bien-être animal, comprenant dispositions existantes, éléments de la future loi Alimentation, et mesures à l'étude. Ce plan est vivement critiqué par les associations qui accusent le gouvernement de faire du réchauffé.

Sexage

Ce plan a été présenté en marge d'une visite du ministre aux abattoirs Puigrenier, à Montluçon (Allier), afin d'illustrer concrètement les plans de développement des filières d'élevage avec le distributeur, l'abatteur et les éleveurs qui mettent en place par contractualisation les engagements du bien-être animal, a indiqué l'entourage de Stéphane Travert.

Au rayon innovation, le ministre a rappelé la création d'un centre de référence sur le bien-être animal piloté par l'Inra, initié par le gouvernement précédent et mis en place fin 2017. Il a également évoqué les travaux de recherche en cours pour aider les professionnels à améliorer leur pratiques.

Stéphane Travert a évoqué la convention passée avec une entreprise pour créer d'ici à 2024 une méthode permettant aux industriels de mettre fin au broyage des poussins mâles auxquels ont recours les industriels désireux de ne garder que les futures poules pondeuses. «C'est une technique qui existe aujourd'hui» a admis Stéphane Travert lors d'un point presse, et «à laquelle il faut mettre fin». «Nous avons engagé 4,3 millions d'euros avec une entreprise pour un dispositif qui permettra de faire du «sexage» (tri) à l'intérieur de l'oeuf pour éliminer les poussins mâles, avant leur éclosion», a-t-il dit. Le ministre a également rappelé l'engagement de la filière à limiter à 50% la proportion d'oeufs de poules issus d'élevages en cages d'ici à 2022.

«Un coup de com' après le tsunami Hulot»

Pour la filière de viande bovine, qui souhaite faire monter en puissance la proportion de produits sous signe de qualité label rouge, Stéphane Travert l'a appelée à faire de ce label un gage d'excellence en termes de bien-être et à changer son cahier des charges. Concernant la castration des porcs, «nous avons pris des engagements avec la filière porcine», a déclaré Stéphane Travert, évoquant «un travail de longue haleine avec la filière pour trouver d'autres pratiques innovantes» et la présentation fin 2018 d'un plan de sortie de la castration des porcs.

Ce plan «est juste un coup de com après le tsunami Hulot, en utilisant opportunément le plan d'actions «bien-être» animal 2016/2020 initié par Stéphane Le Foll», a réagi mercredi la fondation Brigitte Bardot, qui indique que Stéphane Travert «s'est opposé à tous les amendements favorables aux animaux lors de l'étude du projet de loi Agriculture» au printemps. Le texte doit être examiné à l' Assemblée nationale  à compter du 12 septembre.

«Un scandale»

«Ce que présente aujourd'hui Stéphane Travert, c'est la stratégie mise en place en 2016 sous son prédécesseur Stéphane Le Foll», a renchéri Agathe Gignoux, une porte-parole de l'association de défense des animaux d'élevage CIWF, qui a dénoncé une «belle opération de communication». Le CIWF a également fustigé l'autorisation cet été par la France «malgré les chaleurs caniculaires», de transports de bovins vers la Turquie. «Un scandale», selon Agathe Gignoux.

Elle a évoqué des animaux «bloqués à la frontière turque, pendant dix jours, dans leur camion, sans eau, sans nourriture, certains sont morts dans le camion». Répondant aux critiques du magazine 30 millions d'Amis qui avait demandé l'interdiction de ces transports, Stéphane Travert s'était alors absous de toute responsabilité sur le sujet, en arguant que les bovins français retrouvés dans de mauvaises conditions sanitaires en Turquie n'avaient pas été expédiés par la France, mais par l'Espagne et la République Tchèque, leurs pays de destination initiale.

Selon CIWF, un nouveau convoi transportant 275 animaux est parti fin août de la Loire vers Edirne en Turquie dans des conditions de températures «inadaptées». La législation autorise des transports d'animaux vivants seulement à une température maximum de 30°C, avec une tolérance de 5°C.