Bretagne: Les Faucheurs volontaires bloquent une usine de produits phytosanitaires

SOCIAL Ils ont occupé une usine du groupe Triskalia ce lundi matin dans les Côtes-d’Armor...

J.G. avec AFP

— 

Des Faucheurs volontaires s'étaient rassemblés en avril 2018 à Dijon pour soutenir deux de leurs camarades jugés pour des destructions.
Des Faucheurs volontaires s'étaient rassemblés en avril 2018 à Dijon pour soutenir deux de leurs camarades jugés pour des destructions. — KONRAD K./SIPA

Les Faucheurs volontaires ont mené une action ce lundi matin à Glomel (Côtes-d’Armor) en bloquant le centre de stockage d’engrais et de produits phytosanitaires de la coopérative Triskalia. Sur ce site classé Seveso, l’objectif était de dénoncer la vente des pesticides par la coopérative, des « produits chimiques nuisibles à l’environnement, à la santé des travailleurs, des paysans et des consommateurs », ont expliqué les Faucheurs volontaires.

« Les garanties offertes par les conditions de travail ne sont pas suffisantes pour préserver la santé des salariés », poursuit le communiqué, faisant état de 10 salariés de ce centre malades, dont « cinq sont décédés ».

Ils réclament l’arrêt de la commercialisation des produits

Des slogans ont également été tagués sur le sol ou les murs de l’entrepôt visité, comme « Round up = cancer ». Commercialisé depuis 40 ans par Monsanto qui vient d’être condamné en justice aux Etats-Unis à indemniser un jardinier atteint d'un cancer, le Round up est l’un des herbicides les plus utilisés au monde.

Les Faucheurs volontaires exigent que le gouvernement mette en place un moratoire sur les semis VRTH (Variétés de semences Rendues Tolérantes aux Herbicides) à venir (colza et tournesol), reconnues comme OGM par la cour de justice européenne le 25 juillet. Ils demandent aussi à la direction de Triskalia de prendre « immédiatement des mesures afin d’arrêter la commercialisation de ces produits ».