Lozère: Le tribunal refuse que des mesures soient prises contre les loups

ANIMAUX Il y a tout juste une semaine, des éleveurs en colère avaient organisé une battue illégale contre le loup...

Alexandra Segond

— 

Le tribunal de Nîmes a rejeté la requête des éleveurs de Lozère, qui veulent que des mesures soient prises pour protéger leurs troupeaux des loups.
Le tribunal de Nîmes a rejeté la requête des éleveurs de Lozère, qui veulent que des mesures soient prises pour protéger leurs troupeaux des loups. — VALERY HACHE AFP

Les éleveurs de Lozère sont plus que jamais remontés contre le loup. Il y a quelque temps, rapporte France 3 Occitanie, la Fédération nationale de défense de pastoralisme avait déposé une requête pour protéger les élevages des attaques de loup répétées dans le département. Mais le tribunal administratif de Nîmes a choisi ce mercredi de décliner cette requête.

Une requête à l’encontre d’un arrêt préfectoral

L’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a attesté de la présence inhabituelle d’un loup balte en juin dernier dans le paysage de la Margeride en Lozère. Par ailleurs, l’ONCFS a constaté une augmentation régulière du nombre de meutes en France, où la population du prédateur atteindrait désormais près de 430 individus.

Mais pour les éleveurs en colère, agir contre le loup devient extrêmement nécessaire. Pour justifier son refus, le tribunal de Nîmes a nié l’urgence de leur demande et a expliqué qu’elle allait à l’encontre de l’arrêté préfectoral du 31 mai 2018. Ce dernier prévoit en effet des mesures de prévention des attaques de grands prédateurs sur les troupeaux domestiques.

Cependant, il n’y a pas qu’en France que la question du loup fait débat et que des actions sont menées vis-à-vis du prédateur. Mercredi, l’Autriche a ainsi autorisé les tirs non létaux de dissuasion sur les loups face à l’intensification des attaques contre les troupeaux.

>> A lire aussi : Des éleveurs en colère organisent une battue illégale contre le loup en Lozère