VIDEO. La couche de glace la plus épaisse de l'Arctique s'est fracturée pour la deuxième fois cette année

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE En 2018, cette couche de glace épaisse de quatre mètres, qui n'a jamais fondu, s’est brisée deux fois...

L.Br.

— 

Vue de la mer de glace lors d'une opération de la Nasa, en 2017.
Vue de la mer de glace lors d'une opération de la Nasa, en 2017. — MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L’événement n’avait jamais été enregistré auparavant. Au nord du Groenland, la plus vieille et plus épaisse couche de glace a commencé à se fissurer, pour la deuxième fois de l’année, annonce le Guardian. Un phénomène qui alarme les scientifiques.

A cet endroit de l’Arctique, la banquise est normalement si épaisse (environ quatre mètres) qu’elle ne fond quasiment pas. Cette année, la glace s’est fendue deux fois. Les scientifiques pensaient pourtant que cet endroit serait « la dernière zone glacée » pérenne de l’Arctique, l’un des derniers remparts contre les effets du réchauffement climatique dans cette région. « Les événements des dernières semaines suggèrent qu’en fait, la dernière partie glacée devrait être plus à l’ouest », estime Ruth Mottram, de l’Institut météorologique danois.

Vulnérable face aux vents

La glace dans l’Arctique se forme grâce à deux courants océaniques majeurs, dont le Transpolar drift stream, qui repousse la glace de Sibérie vers la côte, où elle s’amasse. Plus l’air se réchauffe, plus il est facile de faire bouger cette glace normalement immobile.

Cette année, les températures anormalement chaudes en février et au début de l’été l’ont rendue vulnérable face aux vents. Ceux-ci ont poussé la glace loin de la côte, là où elle n’était encore jamais allée, selon les enregistrements satellites dont les premiers relevés datent des années 1970. Au contact des eaux plus chaudes, la glace met alors plus de temps à se reformer.

« Le mal est fait »

« C’est effrayant », a écrit le météorologue Thomas Lavergne dans un tweet, accompagné d’une animation montrant la pénétration de l’eau dans la zone normalement entièrement glacée.

« Je ne peux pas dire combien de temps cette ouverture va demeurer mais, même si elle se referme dans quelques jours, le mal sera fait : l’épaisse couche de glace plus âgée aura été éloignée de la côte, jusqu’à une zone où elle fondra plus facilement », a-t-il expliqué au Guardian

>> A lire aussi : La banquise Arctique aura-t-elle totalement disparu dans un an?

>> A lire aussi : Des chercheurs pistent la cryoconite au pôle Nord (bien pire pour la planète que la kryptonite)

>> A lire aussi : Un «trou» grand comme trois fois la Bretagne découvert en Antarctique