VIDEO. L'aventurier Benoît Lecomte replonge pour traverser le Pacifique à la nage

ECOLOGIE Son objectif est d'alerter sur la pollution des mers...

20 Minutes avec AFP

— 

Benoît Lecomte, 49 ans, se prépare depuis six ans pour son nouveau défi.
Benoît Lecomte, 49 ans, se prépare depuis six ans pour son nouveau défi. — Lifeproof

Et un nouvel exploit au compteur. Le Français Benoît Lecomte a repris mercredi sa traversée à la nage du Pacifique, après une pause forcée qui ne l’a pas refroidi.

Tentative suspendue pour cause de typhon

L’aventurier, entouré d’une équipe de neuf personnes, a profité d’une fenêtre météo favorable pour repartir en mer et rejoindre l’endroit exact où il avait dû suspendre son pari, un procédé autorisé par le Guinness des records selon un membre de son entourage. Une tentative inédite qu’il avait été contraint de suspendre début août à cause de typhons. « De retour dans l’eau aujourd’hui ! Après avoir évité un typhon, nous sommes enfin revenus au point de nage et nous continuons avec #TheSwim », a-t-il tweeté en accompagnant son message d’une photo de lui en combinaison de néoprène, au milieu de l’océan.

Avec quel objectif ?

« Ben » Lecomte, architecte français installé aux Etats-Unis depuis plus de 25 ans, était parti le 5 juin d’une petite plage de l’est du Japon après une préparation physique et mentale longue de sept ans. Objectif de sa mission : alerter sur la pollution des océans envahis de plastique.

Le nageur de 51 ans n’en est pas à son premier exploit : en 1998, il était devenu le premier homme à traverser l'Atlantique à la force de son corps, sans planche, au nom à l’époque de la lutte contre le cancer. Cette fois, il a jeté son dévolu sur le Pacifique et espérait initialement atteindre sa destination, San Francisco, à quelque 9.000 km du Japon, en six à huit mois. Benoît Lecomte avait parcouru au total 800 km, en nageant huit heures par jour, quand la météo l’a forcé à rebrousser chemin. Et cette pause forcée ne l’a semble-t-il pas découragé : il avait dit au début du mois être « plus déterminé que jamais à poursuivre sa traversée historique transpacifique ».

Une batterie d’examens scientifiques

Il est accompagné de chercheurs qui effectuent plus d’une douzaine d’analyses sur l’océan et le corps humain pour 27 institutions scientifiques, pour la plupart américaines. Tout au long du parcours, ils prélèvent des échantillons de déchets plastiques.

Le Français a prévu de traverser la partie nord du «continent de plastique», énorme décharge flottante située entre Hawaï et la Californie. « C’est un problème énorme et aussi un problème que nous pouvons résoudre parce que nous l’avons créé », estimait-il dans une interview avant son départ. « Les plastiques à usage unique par exemple, si nous cessons de les utiliser, cela fera une immense différence ».

«The Longest Swim»: De Tokyo à San Francisco, il s’apprête à traverser le Pacifique… à la nage

>> A lire aussi : Plus grand que prévu, le continent de plastique du Pacifique fait trois fois la taille de la France