Islande: Fin de la chasse au petit rorqual, une baleine jugée trop peu rentable

PROTECTION DES ANIMAUX Jusqu'ici, l'Islande chassait encore cette espèce, malgré le moratoire de la Commission Baleinière Internationale de 1986... 

20 minutes avec agences

— 

L'Islande avait repris la chasse à la baleine de Minke depuis 2003. (illustration)
L'Islande avait repris la chasse à la baleine de Minke depuis 2003. (illustration) — PIXABAY / Ronile

L’Islande a décidé de mettre un terme à la chasse au petit rorqual, aussi appelé baleine de Minke. La pêche de ce mammifère n’était plus assez rentable pour l’industrie locale, a annoncé ce vendredi le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW).

Ces dernières années, l’activité a connu un important déclin. 17 cétacés ont été harponnés l’an dernier, contre 46 en 2016.

Une augmentation des coûts

En 2018, seules six baleines de Minke ont été chassées pour l’instant, sur un quota de 262. En juillet, aucun spécimen n’a été pêché alors qu’il s’agit traditionnellement d’une période propice.

« Nous devons aller beaucoup plus loin des côtes qu’avant, nous avons donc besoin de plus de personnel, ce qui augmente les coûts », a justifié Gunnar Bergmann Jónsson, directeur général de IP-Utgerd Ltd, une entreprise spécialisée dans cette chasse.

L’un des rares pays à chasser la baleine

Avec la Norvège, l’Islande est le seul pays au monde à autoriser encore la chasse à la baleine. La chasse commerciale a été interdite en 1986 par la Commission Baleinière Internationale (CBI) mais l’Islande, qui s’était opposée à ce moratoire, a repris la chasse dès 2003.

Au Japon, la baleine est aussi chassée mais à des fins scientifiques. C’est du moins la version officielle, car une grande partie de la chair est ensuite écoulée sur les marchés du pays.

>> A lire aussi : Islande: Si le pays a bien tué une baleine protégée, il ne risque pas grand-chose

>> A lire aussi : Méditerranée: Les Romains pourraient avoir été les premiers chasseurs de baleines avant les Basques