Lyon: Face à la canicule, la ville s'attaque aux îlots de chaleur

CA CHAUFFE La ville de Lyon est très impactée par les épisode de canicule... 

20 Minutes avec AFP

— 

Lyon, place Antonin Poncet pendant la canicule de 2015
Lyon, place Antonin Poncet pendant la canicule de 2015 — Konrad K / Sipa
  • Le département du Rhône est concernée par les 11 épisodes d'alerte canicule depuis 2013. 
  • Face à ce constat, la ville cherche des solutions pour faire baisser la température en ville. 

Lyon et la canicule, c’est une histoire qui dure. Le département du Rhône a une nouvelle fois été placé en vigilance orange, avec près de 37 degrés attendus ce vendredi. Et cela devrait se poursuivre. Lyon est souvent en première ligne : sur les 11 épisodes de canicule recensés nationalement par Météo France depuis 2013, tous ont touché la région lyonnaise. Une situation qui oblige la ville à s’adapter et à trouver des solutions durables.

« Dans le meilleur des cas, Lyon connaîtra d’ici la fin du siècle le climat de Madrid. Et si rien n’est fait, ce sera plutôt le climat d’Alger et la canicule de 2003 semblera alors un été frais », estime Alain Brisson, responsable études et climatologie du service météorologique dans le Centre-Est.

« La ville de la fin du XXe siècle est une catastrophe climatique »

Lyon a un climat continental aux influences méditerranéennes, montagnardes et océaniques, et « la vallée du Rhône canalise l’air chaud qui vient du sud », détaille le spécialiste. Dans ces conditions, il est impératif de réduire les phénomènes d’îlots de chaleur - quand les façades et le bitume restituent la nuit la chaleur emmagasinée le jour. La métropole a voté très récemment - en 2017 - un volet « adaptation » à son plan climat.

« La ville de la fin du XXe siècle est une catastrophe climatique », constate Bruno Charles, vice-président EELV chargé du développement durable, rencontré dans le quartier de la Part-Dieu, bâti à la grande époque de l’urbanisme sur dalle, très décrié aujourd’hui.

Le quartier est d’ailleurs en pleine réhabilitation et la rue Garibaldi, gros axe de circulation, sert de laboratoire. Le nouveau revêtement des trottoirs est en béton désactivé de couleur claire : il chauffe 20 degrés de moins qu’un bitume foncé en cas de canicule ! Des corridors verts ont été plantés aux abords de l’artère et un mur végétal rafraîchit l’Auditorium.

Des arbres et de l’ombre

La métropole mise beaucoup sur le verdissement - à l’ombre, on gagne jusqu’à 10 degrés de température ressentie. Quelque 3.000 arbres plus résistants à la sécheresse sont plantés chaque année comme le micocoulier, essence provençale. La diversification des espèces vise aussi à éviter la propagation des maladies et à étaler dans le temps l’émission des pollens, source d’allergies.

Un ancien tunnel, bouché dans le cadre du chantier à proximité des Halles Paul Bocuse, a également été transformé en bassin de récupération des eaux de pluie, utilisées pour le nettoyage urbain et un arrosage ciblé des arbres en période de canicule pour maintenir leur travail d’évapotranspiration.

Des capteurs mesurent les effets de ce dernier dispositif qui, pour l’instant, fait baisser la température d’un à deux degrés durant la journée. « Si ça fonctionne, ça fera école », se félicite Bruno Charles.

600 lieux fraîcheur

Pour améliorer le confort des habitants, la ville de Lyon a de son côté mis en ligne une carte répertoriant 600 lieux de fraîcheur, parcs, églises ou « traboules » (des passages piétons qui traversent des cours d’immeubles entre deux rues, typiques de la capitale des Gaules). Elle propose même des « itinéraires fraîcheur ». Parmi les lieux cartographiés figurent les centres commerciaux. Or, remarque Alain Brisson, la climatisation rejette de l’air chaud qui fait augmenter d’un degré, au moins, la température extérieure.

D’où l’importance, selon Pierre Canet, responsable climat, énergie et villes durables au sein de l’organisation de défense de l’environnement WWF, de mener une politique transversale d’adaptation au réchauffement climatique, prenant en compte tous les facteurs.

Sans oublier la stratégie d’atténuation. La métropole lyonnaise a diminué de 16 % ses émissions de gaz à effet de serre entre 2000 et 2015 et vise 20 % d’ici 2020. Mais si elle veut limiter son réchauffement à 1,5 ou 2 degrés, elle doit tripler ses ambitions d’ici 2030, avance le WWF qui vient de publier une étude sur le défi climatique des villes.

>> A lire aussi : Savoie: Un jeune Lyonnais se noie au lac d'Aiguebelette, les recherches se poursuivent pour le retrouver

>> A lire aussi : Lyon: Une nouvelle piste cyclable pour faire de la ville une référence européenne du vélo