Illustration des pompiers.
Illustration des pompiers. — O. Aballain / 20 Minutes

FAITS DIVERS

Nord: Les incendies de champs se succèdent et on n’y peut (presque) rien

Ce jeudi encore, les pompiers du Nord ont été confrontés à plusieurs feux de végétation de plus ou moins grande ampleur…

« Pendant que les champs brûlent ». Jeudi, en fin d’après-midi, le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) du Nord comptabilisait déjà au moins de 9 feux de végétation aux quatre coins du département. Une liste de faits qui ne cesse de s’allonger depuis que la pluie a boudé le Nord.

Six hectares d’un côté, cinq de l’autre

Le plus gros incendie de la journée a touché la commune de Lambres-lez-Douai. Vers 14h, avenue de la Libération, les pompiers ont constaté que les flammes avaient ravagé 6.000 m2 de végétation. Le risque de propagation a diverses constructions proches était avéré et une vingtaine de personnes ont été évacuées d’un entrepôt. Une dizaine de véhicules de secours et 31 pompiers ont été nécessaires pour circonscrire l’incendie.

Le même jour, vers 15h, ce sont 5.000m2 de végétation qui sont partis en fumée à Boursies, entre Bapaume et Cambrai. Deux autres incendies concernant des surfaces d’au moins un hectare ont aussi nécessité l’intervention des pompiers à Hautmont et Winnezeele. Le SDIS a par ailleurs dénombré « entre 5 et 6 départs de feu » de moindre importance.

« Il ne faut pas grand-chose pour que le feu parte »

Pour les pompiers du Nord, c’est presque une fatalité : « Avec la canicule, le manque de pluie depuis de nombreux jours, il ne faut pas grand-chose pour que le feu parte », assure-t-on au SDIS. Pour autant, en termes de prévention, les pompiers n’ont pas beaucoup de recommandations à donner : « Comme dans le Sud, il faut éviter de fumer près des zones où la végétation est sèche, ne pas jeter ses mégots. Mais c’est à peu près tout ce que l’on peut dire ».

Car, outre les actes malveillants, intentionnels ou pas, le reste est un peu la faute à pas de chance. « Ça peut venir d’un engin agricole, ou d’un simple morceau de verre oublié dans un champ », poursuit-on au SDIS.