Kenya: Une ligne de train à grande vitesse va traverser une réserve naturelle unique au monde

SAVANE Les défenseurs de la biodiversité craignent la réaction des animaux...

L.Br.

— 

Les piliers appelés à soutenir la future voie ferrée sont déjà construits à Nairobi.
Les piliers appelés à soutenir la future voie ferrée sont déjà construits à Nairobi. — Yasuyoshi CHIBA / AFP

Une ligne de train à grande vitesse au milieu des animaux sauvages. Au Kenya, la voie ferrée destinée à développer les transports dans le pays passe en plein cœur d’une réserve naturelle accolée à la capitale Nairobi. Une configuration unique au monde. Les défenseurs de la biodiversité craignent la réaction des animaux.

Une série de piliers de béton hauts de 20 mètres traverse déjà le parc. Ils serviront à supporter le passage des trains à grande vitesse, le premier réseau ferroviaire construit au Kenya. C’est la seule concession faite par les responsables du projet envers la préservation du parc national, révèle Mashable qui reprend une information de la BBC.

« L’Etat doit respecter la loi »

Créé en 1946, ce parc naturel est le plus ancien du Kenya. Sa particularité ? Il est le seul au monde à être accolé à une capitale. Malgré la proximité asphyxiante de la ville, les 12.000 visiteurs annuels peuvent y admirer des girafes, des rhinocéros et autres animaux caractéristiques de la faune de la savane. Si la nouvelle infrastructure a été pensée pour passer au-dessus du parc, ses détracteurs estiment que la nuisance sonore pourrait avoir un fort impact sur les animaux.

« On veut ce train à grande vitesse, je veux monter dans ce train à grande vitesse. C’est une très bonne chose. Mais l’État doit faire les choses proprement. Il doit respecter la loi », regrette Jim Karani, employé chez Wildlife Direct, une ONG kényane axée sur la protection de la faune sauvage, auprès de la BBC.

500 kilomètres

Selon l’association, les constructeurs sont tenus d’étudier l’impact de la construction sur l’environnement avant de démarrer les travaux. Ce qui n’a pas été fait. « On ne peut pas se dire qu’on ne va pas se développer parce qu’on ne peut toucher au parc », répond Atanas Maina, de Kenya Railways à la BBC.

Un premier tronçon de la ligne, qui relie Mombasa à Nairobi sur près de 500 kilomètres, avait déjà été inauguré en grande pompe en 2017.