Toulouse: Grâce à une balise connectée, des flamants roses vont être suivis à la trace

SCIENCES Une société toulousaine va installer des mini-balises connectées sur des flamants roses du zoo African Safari pour étudier leur comportement. Avant d’équiper des animaux sauvages dans le cadre de recherche scientifique…

Beatrice Colin

— 

Après les flamants roses de Plaisance, des colonies seront équipées au Mexique.
Après les flamants roses de Plaisance, des colonies seront équipées au Mexique. — Xerius Tracking
  • Mercredi, deux flamants roses du zoo de Plaisance-du-Touch, à l’ouest de Toulouse, vont être équipés de balises miniaturisées, avant le déploiement sur des oiseaux sauvages.
  • Ces boîtiers permettent de connaître la position des oiseaux et d’en apprendre plus sur leur comportement.

Deux flamants roses du zoo de Plaisance-du-Touch vont participer activement à une expérience scientifique. A partir de ce mercredi, ces oiseaux vont être équipés de petites balises connectées fabriquées par la société Xerius, installés à quelques encablures de là, sur la commune de Saint-Jean.

Ces boîtiers miniaturisés enverront quatre fois par jour des données de géolocalisation des flamants. Mais ces spécimens étant sédentaires, l’intérêt est avant tout de tester en conditions réelles la résistance de la balise de quelques grammes, équipée de mini panneaux photovoltaïques.

Suivi des espèces sauvages

« Ce n’est pas si simple d’équiper certaines espèces exotiques. Nous nous sommes donc rapprochés de l’African Safari pour tester notre matériel, voir comment le flamant rose réagit avec et optimiser notre système d’attaches en téflon. Cela permet de voir comment il se comporte avant de le déployer sur des flamants roses sauvages », explique Virginie Perilhon de XeriusTracking.

Une des balises développées par la société Xerius pour suivre les oiseaux sauvages.
Une des balises développées par la société Xerius pour suivre les oiseaux sauvages. - Xerius

Une expérimentation que la vétérinaire du zoo, Sylvie Clavel, voit d’un bon œil. « Un de nos principaux objectifs est de participer au maintien de la biodiversité et les balises vont permettre d’y participer en en apprenant plus sur les flamants », explique la spécialiste.

Il faut dire que la société Xerius n’en est pas à son coup d’essai en matière de suivi des oiseaux. Il y a quelques années, ses responsables ont mis au point une balise pour le suivi des faucons des Emirats. Des oiseaux de proie quasi vénérés dans le Golfe et dont les prix atteignent parfois les 200.000 euros pour les très bons compétiteurs.

Mais voilà, ils ont aussi tendance à se faire la malle en plein désert. Pour retrouver les rapaces perdus au milieu des dunes, la société de Saint-Jean a développé un émetteur sur mesure, qui permet de donner sa position GPS toutes les 30 minutes.

Données scientifiques

Une technologie aussi appliquée pour enrichir les connaissances scientifiques. « Nous avons équipé des fous aux Seychelles, des caracaras à Ushuaia, mais aussi un pigeon dans le Loiret qui nous en apprend plus sur la nidification et les zones de nourrissage. Aujourd’hui, l’observation visuelle permet de recueillir des données, mais cela nécessite d’être sur le terrain durant des mois », poursuit Virginie Perilhon.

Et si les scientifiques ne sont pas satisfaits des données recueillis, elle l’assure : pas besoin de recapturer les oiseaux, il est possible de modifier à distance.