Nord: Doit-on craindre des attaques de goélands pendant les vacances?

ATTENTION LA TETE « 20 Minutes » a cherché à savoir si les goélands étaient des oiseaux à risque pour notre sécurité, en cette période estivale…

Gilles Durand

— 

Illustration de goélands.
Illustration de goélands. — Superstock / SIPA
  • Un journal de Dunkerque assure que les attaques de goélands sont en augmentation.
  • La Ligue protectrice des animaux (LPA) de Calais estime que les risques d’attaque de goélands sont uniquement liés à la protection des petits.
  • Pour la mairie de Dunkerque, le problème est plutôt de voir de plus en plus de gens nourrir ces oiseaux.

Le scénario pourrait faire penser au film Les Oiseaux d’Hitchcock. A la une du journal Le Phare Dunkerquois de mercredi, la photo du crâne ensanglanté d’un homme attaqué par un goéland. 20 Minutes a donc mené une brève enquête pour savoir s’il devenait dangereux de s’aventurer à Dunkerque, dans le Nord, cet été.

« N’ayez crainte ! », nous rétorque la mairie de Dunkerque qui ne recense pas davantage d’attaques qu’à l’accoutumée. « C’est souvent pendant la période de nidification, mais cela reste très rare », concède le service communication de la mairie.

De l’intimidation

« Il est vrai que pour protéger leur petit, un couple de goélands peut faire preuve d’intimidation. Ils se mettent à tournoyer et plongent en piqué sur l’intrus. C’est très impressionnant », explique la Ligue de protection des animaux (LPA) de Calais.

Or, en ce moment, les jeunes goélands peuvent tomber des nids et des toits, et cela devient compliqué pour le voisinage. « Mais, rassure la LPA, il suffit de battre des bras pour les éloigner. Les cas où une personne se fait toucher sont rares ».

Et de raconter qu’au centre de Calais, les animateurs de la LPA nourrissent quotidiennement environ 80 petits goélands « Jusqu’à présent, nous n’avons subi aucune perte humaine. Au pire, on peut recevoir une bombe [un caca] sur la tête », sourit Christel.

Campagne contre le nourrissage des goélands

En réalité, le problème est tout autre pour la mairie de Dunkerque. « Nous envisageons de lancer une campagne pour sensibiliser la population, mais pour un tout autre problème », annonce la ville. Celle-ci souhaiterait que les gens arrêtent de nourrir ces oiseaux.

« Les goélands sont malins et opportunistes. Si on leur donne à manger, ils vont rapidement réclamer et peuvent se montrer véhéments en allant jusqu’à taper sur les carreaux, par exemple », raconte la LPA.

Un seul conseil si vous croisez un goéland, ignorez-le ! Il vous le rendra.

>> A lire aussi : Concernant les attaques de goélands, «il leur est impossible d’enlever un chat de cinq kilos»

>> A lire aussi: Mais pourquoi des buses s'en prennent-elles à des joggeurs?