Pyrénées: C'est quoi ce crâne de mastodonte, vieux de 13 millions d'années et long de 1,60 m?

PALEONTOLOGIE Le muséum de Toulouse vient de récupérer le crâne d’un mastodonte datant de plus de 13 millions d’années. Une pièce unique qui met les scientifiques sur la piste du Gomphotherium pyreneicum…

Beatrice Colin

— 

La découverte d'un mastodonte des Pyrénées a été réalisée au sud de la Haute-Garonne.
La découverte d'un mastodonte des Pyrénées a été réalisée au sud de la Haute-Garonne. — Museum Toulouse
  • Le fossile d’un crâne de mastodonte a été découvert l’été dernier au sud-ouest de Toulouse.
  • Cette pièce unique permet aux scientifiques d’en apprendre un peu plus sur le Gomphotherium pyreneicum, une espèce dont on avait plus trouvé traces depuis 160 ans.
  • Conservée au muséum de Toulouse, cette pièce exceptionnelle devrait être exposée à terme.

Près de 13 millions d’années après avoir été enseveli sous terre, le crâne d'un mastodonte a ressurgi au cours de l’été dernier, à l’Isle-en-Dodon, au sud-ouest de Toulouse. C’est un coup de pelleteuse qui a permis de découvrir une partie fossilisée d’un animal aux proportions exceptionnelles.

Avec ses quatre défenses, le crâne mesure près de 1,60 m de long et son propriétaire devait culminer à 2,5 m au garrot. Ce Gomphotherium pyreneicum vivait à l’époque du miocène et gambadait dans les Pyrénées.

Cousin lointain de l’éléphant

« Ce n’est pas le premier mastodonte que l’on retrouve dans le Comminges, mais cela fait 160 ans que nous cherchions cette espèce-là, c’est le jackpot », s’enthousiasme Francis Duranthon, le conservateur du Muséum de Toulouse. C’est dans ses locaux que ces vestiges ont été rapportés après avoir été plâtrés pour le transport.

« Nous la connaissions seulement par quatre molaires collectées en 1857 par un grand paléontologue, Édouard Lartet. Mais nous ne savions pas s’il avait un menton long ou court, où se trouvait la trompe. Avec ce crâne complet, nous allons pouvoir enrichir nos connaissances », poursuit ce spécialiste.

Il faut dire qu’il y avait lui-même lancé quelques années des fouilles pour tenter de retrouver dans le secteur des ossements du fameux Gomphotherium des Pyrénées. En vain.

Au cours des prochains mois, il va être examiné sous toutes les coutures par les scientifiques. A eux de dire si ce cousin lointain de l’éléphant à une filiation avec un autre mastodonte, découvert en Allemagne en 1922.

Un gomphoterium, cousin lointain de l'éléphant.
Un gomphoterium, cousin lointain de l'éléphant. - Museum Toulouse

Pour l’heure, les Gomphotheriums constituent une espèce encore mystérieuse. Arrivée d’Afrique il y a 18 millions d’années, elle a disparu du continent européen il y a 1,5 million d’années.

Le fossile du crâne, très bien conservé, va permettre de connaître par exemple la position du mastodonte des Pyrénées dans la généalogie des Gomphotheriums. Une histoire qui sera racontée bientôt dans les vitrines du Muséum de Toulouse.