Chine: Un rapport accuse 18 usines de produire des gaz très polluants interdits depuis 1987

POLLUTION Les chlorofluorocarbures (CFC), utilisés notamment dans les aérosols, sont très destructeurs pour la couche d’ozone…

20 Minutes avec agences

— 

Des usines (illustration)
Des usines (illustration) — M.Libert / 20 Minutes

Une association écologiste a accusé ce lundi la Chine de continuer à produire secrètement des CFC. Ces gaz, utilisés dans la réfrigération et les aérosols et qui détruisent la couche d’ozone, sont interdits par le Protocole de Montréal signé en 1987. La Chine avait affirmé y avoir mis un terme en 2007.

L’Agence d’enquête environnementale (EIA), basée aux Etats-Unis, affirme dans un rapport que 18 usines chinoises ont reconnu continuer à utiliser des chlorofluorocarbures (CFC) en dépit de l’interdiction internationale.

Des étiquettes falsifiées

Des employés de ces entreprises ont déclaré à des membres de l’EIA, qui se faisaient passer pour des acheteurs potentiels, que la majorité de l’industrie chinoise de mousse en polyuréthane utilisait des CFC-11, pour des raisons de qualité et de coût. Le rapport confirme une étude publiée en mai selon lequel le rythme de diminution du niveau de CFC-11 avait ralenti depuis 2011, déduisant l’existence de violations au Protocole de Montréal.

Selon le rapport de l’EIA, certaines des entreprises incriminées produisent les CFC elles-mêmes ou s’en procurent auprès d’usines travaillant hors licence. Elles exportent les produits ainsi fabriqués ailleurs en Asie ou au Moyen-Orient en trichant sur les étiquettes. « Si la Chine ne met pas un terme à cette production illégale, cela mettra en péril notre couche d’ozone, qui est en phase de guérison lente », a déclaré le directeur de l’EIA aux États-Unis.

« Le CFC-11 est aussi un gaz hautement responsable du réchauffement climatique, il s’agit donc d’une menace grave pour le climat », a-t-il ajouté. Le rapport de l’EIA tombe juste avant une réunion internationale sur le Protocole de Montréal à Vienne ( Autriche). L’occasion d’aborder la question des violations possibles au fameux traité…

>> A lire aussi : VIDEO. Starbucks annonce la suppression des pailles en plastique d'ici à 2020

>> A lire aussi : Nissan reconnaît avoir falsifié les contrôles de pollution de ses véhicules