Nucléaire: Un millier d'incidents répertoriés par an en France

SECURITE Ces « événements significatifs » sont classés par l'Agence de sûreté nucléaire (ASN) selon l'échelle internationale qui va de 0 pour les incidents mineurs à 7 pour les « accidents majeurs »...

20 Minutes avec agences

— 

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire — ALAIN JOCARD / AFP

La sécurité des centrales nucléaires est un sujet de première importance afin de ne pas revivre une catastrophe comme Fukushima. Dans ce cadre, l’Agence de sûreté du nucléaire répertorie les « événements significatifs ».

D’après le dernier bilan, en 2017, il y en aurait environ un millier chaque année dans les installations nucléaires en France, mais la plupart situés en bas de l’échelle en termes de gravité.

Un incident de niveau 4 en France

Ce classement va de 0 pour les incidents mineurs à 7 pour les « accidents majeurs ». Ce dernier niveau n’a été atteint qu’à deux reprises, lors des événements de Tchernobyl et de Fukushima. Il signifie un « rejet majeur de matières radioactives avec des effets considérables sur la santé et l’environnement ». Le niveau 6 correspond à un « accident grave » tandis que le niveau 5 correspond à un « accident ayant des conséquences étendues ». C’était le cas de à Three Mile Island aux Etats-Unis en 1979 avec une fusion partielle du cœur du réacteur.

Selon ce classement, le plus grave incident répertorié en France est de niveau 4, causé par l’endommagement du cœur d’un réacteur de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) en mars 1980. Ce stade est un « accident ayant des conséquences locales », avec un « rejet mineur de matières radioactives ».

949 événements de niveau 0 en 2017

Par ailleurs, trois incidents de niveau 3 ont aussi déjà été enregistrés en France. Il s’agit d’événements décrits comme « graves », ce qui correspond à un « accident évité de peu dans une centrale nucléaire avec défaillance de toutes les dispositions en matière de sûreté ». Entre 2012 et 2017 neuf incidents de niveau 2 ont été relevés. Il s’agit de « défaillances importantes des dispositions en matière de sûreté » mais « sans conséquences réelles ».

Enfin, en 2017, soit le dernier bilan disponible, l’ASN a relevé 87 incidents de niveau 1 et 949 événements de niveau 0 qui, eux, n’ont « aucune importance du point de vue de la sécurité ». Quatre incidents de niveau 2 ont également eu lieu, soit un total de 1.040 incidents.

>> A lire aussi : Nucléaire: 33 propositions des parlementaires pour rendre les centrales plus sûres

>> A lire aussi : Nord: La centrale nucléaire de Gravelines reçoit sa mauvaise note annuelle

>> A lire aussi : VIDEO. Que sait-on de la nouvelle action de Greenpeace à la centrale nucléaire du Bugey?