Pays de Galles: Des méduses géantes venimeuses s'échouent sur les plages, le réchauffement climatique en cause

ANIMAUX Ces créatures peuvent mesurer jusqu’à deux mètres de diamètre et plus leur taille est importante, plus la concentration de leur venin toxique est forte …

20 Minutes avec agence

— 

Une méduse à crinière de lion.
Une méduse à crinière de lion. — Visual & Written/SUPERSTOCK/SIPA

Des méduses à crinière de lion ont fait une arrivée très remarquée sur les côtes du Pays de Galles. Difficile, en effet, de passer à côté de cette espèce venimeuse et potentiellement mortelle. Cette créature peut mesurer jusqu’à 30 mètres de long avec ses filaments et son diamètre oscille entre 50 centimètres et 2 mètres, indique le Daily Post.

Le nombre de ces animaux est en forte augmentation dans la zone et ceux qui s’échouent sur les plages ou côtoient les baigneurs en ce début de vacances d’été sont de plus en plus gros.

Le réchauffement climatique en cause

Les témoignages rapportant la présence de ces géantes des mers se multiplient dans les villes côtières de Llandudno, Anglesey, Conwy ou encore Caernarfone (Royaume-Uni). Pourtant, bien que présentes dans l’ensemble de l’hémisphère nord, les méduses à crinière de lion évoluent habituellement dans des eaux plus froides, dans l’Atlantique Nord ou en Scandinavie. « La question à un million de dollars est : pourquoi cela arrive ? Pour l’instant on ne sait pas vraiment », reconnaît Peter Richardson, le responsable de la société de conservation marine britannique.

Pour Maureen Midol, spécialiste en aquariologie à Brest (Finistère) citée par Ouest France, la présence massive des créatures visqueuses est « la conséquence des changements climatiques. Elles sont poussées par les vents et les courants changeants ». Comme le rappelle la technicienne, les méduses ne choisissent pas la direction de leurs déplacements. Elles nagent verticalement et laissent les mouvements marins faire le reste.

Des naissances plus tôt

Les changements climatiques seraient aussi à l’origine de l’accroissement du nombre des animaux en contribuant à décimer leurs prédateurs. L’impact se ferait également sentir sur la taille des méduses. Ainsi, la hausse de la température de l’eau déclencherait les naissances plus tôt et une plus forte luminosité aiderait au développement du plancton qui leur sert de nourriture.

Avec à la clé un autre problème, celui de la dangerosité accrue des animaux. Car plus ces derniers sont volumineux, plus la concentration du venin toxique qu’ils sécrètent est forte.

>> A lire aussi : Espagne: Les plages de la Costa del Sol envahies par 11 tonnes de méduses

>> A lire aussi : VIDEO. Faut-il vraiment appliquer de l'urine sur une brûlure de méduse ?

>> A lire aussi : Corse: Une nappe de paraffine menace les côtes, la préfecture s'inquiète d'un risque de pollution