Pyrénées: Un ourson esseulé découvert par un habitant à la frontière franco-espagnole

BIODIVERSITE Un promeneur a découvert un ourson, seul sans sa mère, près d’une route nationale au sud de la Haute-Garonne. Il a été relâché dans la nuit et équipé d'un émetteur…

B.C.

— 

Un ourson, en Finlande. Illustration.
Un ourson, en Finlande. Illustration. — JULIAN COX/SOLENT NEWS/SIPA

Un promeneur a fait une drôle de rencontre, jeudi. Alors qu’il se baladait sur la commune de Fos, au sud de la Haute-Garonne, il a découvert à quelques mètres de la nationale 125, qui relie la France à l’Espagne, un ourson âgé de quelques mois rapporte France 3 Occitanie.

Le jeune plantigrade était seul, sans sa mère. Pour éviter de l’effaroucher, un périmètre de sécurité a été installé dans la soirée par les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage en charge du suivi de l’ ours​ brun dans les Pyrénées.

La commune de Fos au su de la Haute-Garonne.
La commune de Fos au su de la Haute-Garonne. - Maps4News

Cet ourson pourrait être l’un de ceux aperçus récemment par des promeneurs ou captés par les caméras automatiques installées sur le massif qui prouvent que plusieurs naissances ont eu lieu au cours de l’hiver.

Il est rare qu’un ourson soit séparé de sa mère. En avril 2014, une petite oursonne prénommée Auberta avait été retrouvéé dans l’enclave espagnole du Val d’Aran. Elle avait été placée en semi-liberté dans un grand enclos sécurisé. Mais quelques mois plus tard, elle avait été retrouvée morte.

Relâché et équipé d'un émetteur

Cette fois-ci, les membres de l'équipe ours ont laissé l'animal de 6 mois environ repartir dans son espace naturel, «où sa mère potentielle avait été localisée peu de temps auparavant».

«Après constatation de son état de faiblesse physique, l’autorisation de capture d’urgence donnée par le ministère de la transition écologique et solidaire. L’ourson a été mis dans une cage, examiné par un vétérinaire puis nourri et abreuvé. Initialement déshydraté et en hypoglycémie, il a progressivement repris des forces et il a donc été décidé de le relâcher», indique la préfecture de la Haute-Garonne.

Les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont aussi installé un petit émetteur placé sur son oreille qui permettra de le localiser pour suivre ses déplacements et «prévoir une nouvelle intervention s’il se remettait en danger ou présentait un risque particulier».

«Un protocole a été établi pour les ours en difficultés dans lequel rentre ce cas là. Le travail des techniciens consiste à évaluer la situation, en fonction de son âge. La priorité est de le laisser dans son espace naturel et on sait que les oursons nés dans l'hiver peuvent dès le mois de juillet se débrouiller seuls», indique Alain Reynes de l'asscociation militante Adet-Pays de l'ours.