Glyphosate: «On aura fait notre travail si on divise par 10 ou 20 les quantités utilisées»

SANTE Le député du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin, ancien porte-parole de Nicolas Hulot, veut une inscription dans la loi d'une interdiction du produit d'ici 2021...

20 Minutes avec AFP

— 

Les députés n'ont pas gravé dans la loi l'interdiction du glyphosate d'ici 2021 malgré la promesse d'Emmanuel Macron.
Les députés n'ont pas gravé dans la loi l'interdiction du glyphosate d'ici 2021 malgré la promesse d'Emmanuel Macron. — ALLILI/SIPA

 Le député du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin, ancien porte-parole de Nicolas Hulot, a estimé mardi que si la France parvient à «diviser par dix ou par vingt» les quantités de  glyphosate utilisées dans le pays, «on aura fait notre travail».

L'herbicide contesté supprimé en France d'ici trois ans

Après la décision de l'Union européenne en novembre de renouveler la licence de l'herbicide pour cinq ans, Emmanuel Macron avait promis que la substance, principe actif du Roundup de Monsanto, serait interdite en France «dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans». L'herbicide contesté devrait être supprimé en France d'ici trois ans dans 80 à 90% de ses utilisations classiques, ont déclaré la semaine passée Emmanuel Macron et plusieurs ministres.

Interrogé sur LCP pour savoir si ce chiffre était un objectif ou une certitude, Matthieu Orphelin a estimé que «tout le monde dit "on va y arriver", donc tant mieux». «Si on arrive à diviser par dix ou par 20 l'usage du glyphosate en trois ans, on aura fait notre travail. Qu'il reste quelques exceptions pour quelques usages, à ce moment-là, c'est acceptable», a-t-il estimé.

«Un plan de bataille»

«Ce qui a été annoncé par les ministres [de la Transition écologique Nicolas] Hulot  et [de l'Agriculture Stéphane] Travert vendredi me donne satisfaction»: «un plan de bataille», avec «l'ensemble des acteurs qui devront donner leurs engagements d'ici trois semaines sur les réductions de glyphosate, le centre de ressources pour aider les agriculteurs, le suivi trimestre par trimestre de la baisse des quantités de vente et de consommation de glyphosate pour voir qu'on est sur la bonne trajectoire pour aller vers l'élimination des usages en trois ans», a-t-il énuméré.

Tenant d'une inscription dans la loi d'une interdiction du produit d'ici 2021, proposition rejetée par le gouvernement, le député a néanmoins assuré que ce dossier n'était «pas une défaite» pour Nicolas Hulot.

Stéphane Travert et Nicolas Hulot ont précisé vendredi les modalités de sortie de l'herbicide pour l'agriculture française, qui sera notamment accompagnée d'une force d'organisation temporaire pilotée par les deux ministères.