Rivières: Des résidus de cocaïne empoisonnent les anguilles dans les cours d'eau européens

ENVIRONNEMENT La présence de cocaïne inhibe l’accumulation de graisse nécessaire à la migration transatlantique des anguilles…

20 Minutes avec agence

— 

Une anguille.
Une anguille. — ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Métaux lourds, antibiotiques, pesticides mais aussi résidus de stupéfiants : les cours d’eau européens sont dangereux pour les espèces qui les peuplent, notamment les anguilles.

Ces dernières passent entre 15 et 20 ans dans les rivières du Vieux Continent avant de traverser l’Atlantique pour se reproduire. Mais les traces de cocaïne retrouvées dans leur organisme pourraient les empêcher de faire le voyage, révèle une étude publiée le 5 juin dans la revue Science of the Total Environment.

La Tamise et l’Arno particulièrement pollués

Les chercheurs ont expérimenté pendant cinquante jours les effets de la cocaïne sur des anguilles. Ils ont constaté que la drogue s’accumulait dans les organes et les tissus des poissons et augmentait leurs niveaux de cortisol, une hormone de stress qui induit une consommation de graisse. Or, sans graisse, les anguilles sont dans l’incapacité de faire leur migration de 6.000 km.

Ces résidus toxiques pourraient menacer, à terme, leur existence entière. La drogue s’accumule aussi dans le cerveau, la peau et les muscles des poissons et les rend hyperactifs. La cocaïne par altérer « les fonctions principales des anguilles », explique Anna Capaldo, auteure principale de l’étude.

La solution : un meilleur traitement des eaux usées

La cocaïne, les métaux lourds, les antibiotiques et pesticides se retrouvent dans les eaux fluviales via les eaux usées. En Europe, on relève des concentrations particulièrement élevées dans la Tamise à Londres (Royaume-Uni) et dans l’Amo, près de Pise (Italie).

L’espèce, déjà menacée par les changements climatiques et la surpêche, pourrait bien ne pas survivre à ce nouveau fléau. Selon Anna Capaldo, le problème pourrait être résolu par un traitement des eaux usées plus efficace.

>> A lire aussi : Auvergne-Rhône Alpes: Plus d’un quart des papillons menacés de disparition

>> A lire aussi : VIDEO. Journée mondiale des océans : les images les plus belles… et les plus révoltantes