Auvergne-Rhône Alpes: Plus d’un quart des papillons menacés de disparition

ENVIRONNEMENT Plus d’un quart des papillons de jour sont menacés de disparition ou proches de l’être sur le territoire rhônalpin….

G.F avec AFP

— 

Un papillon de l'espèce Azuré bleu céleste ou Bel argus
Un papillon de l'espèce Azuré bleu céleste ou Bel argus — T.Cheyrezy

Les papillons de jour vont-ils disparaître un jour ? Un quart d’entre eux seraient menacés d’extinction selon la Direction Régionale de l’Environnement Auvergne Rhône-Alpes, qui vient d’établir une « liste rouge ». Elle y recense plus de 260 espèces qui seraient proches de la disparition sur le territoire rhônalpin. 10 % d’entre elles sont clairement menacées et 14 % sont sur le point de l’être, signe d’une érosion de la biodiversité.

« Il semble qu’aucune espèce n’a encore totalement disparu mais de nombreuses incertitudes pèsent sur le devenir, à moyen terme, de 38 d’entre elles », estime la Dreal.

La pollution, l’utilisation des insecticides, la dégradation ou la destruction des milieux et habitats naturels, l’évolution climatique sont « autant de facteurs impactant la diversité des papillons », détaille-t-elle.

Le Procis de la Jacée, un exemple flagrant

Exemple dans la commune de Soleymieu, au nord de l’Isère, où il ne reste plus qu’un seul agriculteur. Les autres terrains, laissés à l’abandon, ont rapidement été envahis par les fourrés et les bosquets, sources d’humidité, au détriment de certaines espèces.

Le Procris de la Jacée, petit papillon aux ailes bleues, fait partie des espèces « en danger critique » de disparition. Depuis deux ans, une opération de débroussaillage, de fauchage et d’arrachage d’arbres vise à « rouvrir » l’endroit, en cours de labellisation « espace naturel sensible », pour favoriser sa préservation.

Un plan sur cinq ans pour tenter de protéger les espèces

« Sinon, cet espace est voué à redevenir une forêt et des papillons disparaîtront », a expliqué Yann Baillet, de l’association Flavia. Signe de la rareté du Procris, ce spécialiste n’a pu en capturer qu’un seul dans son filet, avant de le relâcher.

La Dreal Auvergne Rhône-Alpes va coordonner à partir de septembre, durant cinq ans, un plan national d’action (PNA) élargi à l’ensemble des espèces de papillons diurnes menacées et considérées comme prioritaires à l’échelle nationale, comme l’Argus castillan ou le Mélibée.