Strasbourg: Comment vit-on dans un appartement de la première tour à énergie positive au monde?

LOGEMENT La tour Elithis, premier immeuble de logement au monde qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme, a accueilli ses premiers locataires le 1er mars...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: Comment vit-on dans un appartement de la première tour à énergie positive au monde?
Strasbourg: Comment vit-on dans un appartement de la première tour à énergie positive au monde? — B. Poussard / 20 Minutes
  • Inaugurée vendredi, la première tour de logements à énergie positive au monde, la tour Elithis à Strasbourg, est habituée depuis le 1er mars.
  • «20 Minutes» a rencontré quelques ses premiers locataires. Attirés par le concept et la promesse écologique, ils louent le confort au quotidien.
  • Leur première facture énergétique doit être proche de 0 euro à la fin de l'année.

La tour a beau être estampillée « à énergie positive », elle connaît les mêmes petits désagréments que les autres immeubles en finition. Ainsi, son parvis et son sol extérieur ne sont pas encore terminés. Des travaux sont en cours dans ses espaces commerciaux. Et les dernières retouches dans les appartements se sont poursuivies après les emménagements, à écouter les premiers habitants de ses 63 logements.

Mais voilà, la tour Elithis de Strasbourg, immeuble où l’on produit plus d’énergie que l’on en consomme, est occupée depuis le 1er mars. En marge de l’inauguration en grande pompe vendredi – ce n’est pas tous les jours qu’on peut se targuer d' une première mondiale20 Minutes a rencontré quelques-uns de ses locataires.

« Je suis devenu encore plus éco-responsable »

Dans son trois-pièces du 14e étage (sur les 16 que compte l’immeuble), Adrien assure que lorsqu’il en a entendu parler de la tour Elithis, il voulait y habiter : « J’avais déjà la fibre écolo. Tout ce qu’on consomme est produit par les panneaux solaires, donc on se dit qu’on laisse aucune empreinte derrière nous, on laisse un environnement sain pour le futur », indique l’enseignant de 30 ans, devenu « encore plus éco-responsable » depuis son emménagement.

Adrien, 30 ans, l'un des locataires de la tour Elithis.
Adrien, 30 ans, l'un des locataires de la tour Elithis. - A. Ighirri / 20 Minutes

L’un de ses voisins, Antoine âgé de 26 ans, a été séduit par l’emplacement de la tour et son quartier. Mais il confirme que « le concept a aussi compté. Pour le côté financier mais aussi la vision écolo que je partage. En fait j’essaye de me rattraper aujourd’hui de la période où j’habitais sur une péniche… ce qui est à l’inverse d’un logement écologique. »

« On vit normalement dans cet appartement »

En pratique, du petit-déjeuner à la douche en passant par le ménage, ça change quoi dans la vie de locataire ? Eh bah, pas grand-chose : les systèmes écologiques sont derrière les murs ou sous la douche, bref invisibles à l’œil nu. Du coup, rien ne vient révolutionner les habitudes du quotidien. « J’ai un lave-linge A +++, pas de frigo américain. Après, je fais un peu attention à la consommation d’eau, je fais du compost… », liste Adrien, qui vante surtout « le confort. Contrairement à ce qu’on peut s’imaginer quand on parle d’économies d’énergie, on vit normalement dans cet appartement ».

Avec un petit plus : le cœur social au dernier étage du bâtiment, sorte de terrasse couverte mais ouverte à tous les habitants, avec une superbe vue sur la ville. « On se fait à manger à l’appart et on monte avec nos assiettes là-haut. Un peu comme si on allait au restaurant de la tour Eiffel ! », sourit le trentenaire.

On se passe du coach virtuel pour le moment

L’autre outil novateur mis à la disposition des locataires s’appelle Alad’hun. Un coach virtuel, sur tablette accrochée au mur de l’appartement, qui peut selon le profil et la volonté du locataire lui envoyer des notifications lorsqu’il détecte une utilisation du logement peu optimale. Bon, pour le moment, il sert peu : « C’est la mauvaise période parce qu’on n’a pas besoin de gérer le chauffage maintenant, glisse Antoine. Après pour allumer une lumière, on peut aussi se déplacer. »

Adrien voulait nous faire la démonstration de ce bouton qui éteignait simultanément les lumières, mais comme souvent au moment des démonstrations… cela ne fonctionnait pas. Il utilisera alors sa tablette. Deux options valent mieux qu’une, surtout quand le promoteur immobilier promet aux locataires d’approcher le zéro euro sur la facture énergétique. Ce qui laisse Nicolas, un ami du locataire, « dubitatif. J’attends de voir la première facture. Et puis, comment va vieillir l’immeuble ? Est-ce que ce sera aussi performant ? » Les réponses dans quelques années.