Puan était âgée de 62 ans alors que les femelles vivent rarement plus de 50 ans.
Puan était âgée de 62 ans alors que les femelles vivent rarement plus de 50 ans. — AFP PHOTO / ALEX ASBURY / PERTH ZOO

BIODIVERSITE

Animaux : L’orang-outan le plus âgé du monde est décédé en Australie

Puan est morte à l’âge de 62 ans au zoo de Perth, où elle avait contribué au repeuplement de cette espèce menacée…

L’orang-outan de Sumatra le plus vieux du monde, une femelle ayant eu onze petits et comptant 54 descendants éparpillés de par le monde, est mort à l’âge de 62 ans dans un zoo australien, a annoncé l’établissement ce mardi. Puan, qui signifie « Dame » en indonésien, est décédée lundi au zoo de Perth où elle vivait depuis un don de la Malaisie en 1968.

« Elle a tant fait pour la colonie du zoo de Perth et la survie de son espèce, a déclaré Holly Thompson, responsable des primates de l’établissement. En dehors du fait qu’elle était la membre la plus âgée de notre colonie, elle était également une membre fondatrice de notre programme de reproduction connu dans le monde entier et laisse derrière elle un héritage incroyable. »

Au Guinness des records

« Ses gènes se retrouvent dans un peu moins de 10 % de la population des zoos mondiaux. » Puan a eu onze bébés. Elle compte un total de 54 descendants aux Etats-Unis, en Europe, en Australie et dans la jungle de l’île indonésienne de Sumatra. Son arrière-petit-fils Nyaru est le dernier spécimen à avoir été relâché dans la nature.

Née en 1956, elle avait fait son entrée au livre Guinness des records au titre vérifié de l’orang-outan la plus âgée du monde. Dans la nature, les femelles vivent rarement au-delà de 50 ans. D’après Holly Thompson, elle avait une personnalité indépendante et une attitude un peu distante. « On savait à quoi s’en tenir avec Puan. Si elle était mécontente, elle tapait carrément du pied ». Deux de ses filles vivent toujours au zoo, de même que quatre petits-enfants et un arrière-petit-fils.

>> A lire aussi : Un orang-outan tente de stopper un bulldozer qui détruit son habitat