Pyrénées-Orientales: Un nouveau parc consacré aux prédateurs ouvrira en 2020 à Cases-de-Pènes

ANIMAUX Panthères de l'amour, ours, gloutons, chats-léopards et lynxs sont attendus...

Nicolas Bonzom

— 

Une panthère de l'Amour (illustration).
Une panthère de l'Amour (illustration). — KONRAD K./SIPA
  • Un nouveau parc animalier sortira de terre en 2020, à Cases-de-Pènes.
  • Panthères de l’amour, ours, gloutons, chats-léopards et lynxs sont attendus.
  • Le porteur du projet, Cyril Vaccaro, veut mettre l’accent sur la conversation.

Un nouveau parc animalier sortira de terre en 2020, à Cases-de-Pènes, un petit village de 900 âmes des Pyrénées-Orientales. Au cœur de la vallée de l’Agly, Cyril Vaccaro, qui a écumé pendant quinze ans les réserves d’ici et d’ailleurs, œuvre pour donner naissance à EcoZonia, un parc de 20 hectares consacré aux prédateurs.

Le site sera découpé en plusieurs « écozones », qui embarqueront les visiteurs vers des contrées méconnues de la planète : la région du Kraï du Primorié, dans l’extrême-orient russe, la province de Lambayeque au Pérou, connue pour ses forêts sèches, le parc W, un immense complexe naturel qui prend vie entre le Bénin, le Niger et le Burkina Faso et le plateau de Shan, en Birmanie, doté d’un climat méditerranéen de moyenne montagne.

Des gloutons, des chats léopards, des tigres et des panthères

Une petite ferme catalane, qui abritera des chèvres, des brebis et des ânes du coin, ouvrira également ses portes. Le premier territoire, le Kraï de Primorié, où coule le fleuve l’Amour, sera visible dès l’ouverture du parc, dans deux ans. « On y croisera des chiens viverrins, des gloutons, des chats léopards du Bengale, des lynxs, des ours bruns, des loups, des martres à gorges jaunes, des tigres, des panthères de l’Amour, ou des putois de Sibérie, qu’aucun parc en France ne possède encore, confie Cyril Vaccaro. Dès la deuxième année, huit espèces de rapaces feront leur apparition dans le parc. »

Les autres territoires ouvriront les années suivantes. Mais l’enjeu essentiel du projet, c’est « la conservation », reprend ce spécialiste des carnivores. « C’est au centre de ce projet, reprend Cyril Vaccaro. Nous voulons participer à des programmes d’élevage, à des réintroductions d’espèces en milieu naturel, et nous souhaitons sensibiliser les visiteurs au quotidien sur ces thèmes. » Régulièrement, des levées de fonds seront organisées sur le site d’EcoZonia pour soutenir la sauvegarde d’animaux protégés.

Au départ, une dizaine de personnes devraient être embauchées l’hiver pour faire tourner le parc, une quinzaine l’été. Et pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux, des chambres haut de gamme aménagées sur le site permettront de passer la nuit sur place, avec une vue imprenable… sur les prédateurs les plus féroces de la planète.