Côte d'Azur: Les bouquetins équipés de GPS pour les suivre à la trace

ANIMAUX Une appli, qui permettra de connaître la position des bovidés en temps réel, sortira le 1er juillet…

Mathilde Frénois

— 

Cette femelle bouquetin, nommée Ophrys, a été équipée d’un collier GPS.
Cette femelle bouquetin, nommée Ophrys, a été équipée d’un collier GPS. — E. Belleau
  • A cause de la chasse, le bouquetin était au bord de l’extinction. » Grâce à des réintégrations, 2.000 à 2.500 individus vivent aujourd’hui dans le Mercantour.
  • Dix bouquetins du parc du Mercantour disposent désormais de GPS et sont entrés dans le programme franco-italien Ibex.

Ils sont parés pour aider les scientifiques. Après les boucles roses fixées aux oreilles, les bouquetins viennent d’être équipés de colliers. Grâce à la puce GPS qui s’y cache, le parc du Mercantour pourra ainsi suivre l’évolution des bouquetins. Objectif : les localiser et les préserver.

« Le bouquetin est une espèce protégée, explique Nathalie Siefert, responsable de la gestion du patrimoine du parc. A cause de la chasse, il était au bord de l’extinction. » Grâce à des réintégrations, 2.000 à 2.500 individus vivent aujourd’hui dans le Mercantour. Les vétérinaires ont pu capturer certains d’entre eux pour effectuer une prise de sang et leur enfiler le collier pucé.

Une appli bientôt disponible

Pompon, Edelweiss, Crouty, Mercantin, Lili, Ouréa, Ophrys, Marron d’or, Flash et Pimprenelle. Les dix bouquetins équipés de GPS ont désormais des noms : ils ont été baptisés par les élèves des écoles installées dans le parc du Mercantour. Les bovidés vivent dans le vallon du Bachelard, le Haut-Var et la Roya.

Ainsi, les dix bouquetins disposent de GPS et sont entrés dans le programme franco-italien Ibex. « L’intérêt, c’est de connaître leurs zones de passage préférentiel, explique Nathalie Siefert. On sait aussi qu’il existe deux populations, l’une au nord et l’autre au sud. Il est important de connaître les connexions entre les deux, leurs déplacements et la diversité génétique de l’espèce. » Transmises quatre fois par jour, les données seront diffusées via une application (accessible sur le site marittimemercantour.eu à partir du 1er juillet) pour suivre les bouquetins à la trace.