Côte d'Azur: Théoule protège son littoral avec le premier parc marin des Alpes-Maritimes

NATURE Le long de l’Estérel, le parc est étendu sur 353 hectares... 

Mathilde Frénois

— 

Le premier parc marin des Alpes-Maritimes a été inauguré à Théoule-sur-mer.
Le premier parc marin des Alpes-Maritimes a été inauguré à Théoule-sur-mer. — Département des Alpes-Maritimes
  • Cette zone est un condensé de la mer Méditerranée.
  • Le parc soutiendra le développement d’une pêche durable et organisera le mouillage des bateaux avec des dispositifs d’amarrage fixes.

A la surface, les touristes installent leurs parasols et les plaisanciers jettent l’ancre. Sous l’eau, les poissons et les algues tentent de continuer de mener leur vie. Pour protéger ces espèces et limiter l’impact de l’homme sur leur milieu, le premier parc marin des Alpes-Maritimes vient d’être inauguré à Théoule-sur-mer.

Le long de l’Estérel, le parc est étendu sur 353 hectares, de la plage du Maurin jusqu’à la pointe Notre-Dame, à la limite du département avec le Var. Et il plonge jusqu’à 45 mètres sous le niveau de la mer.

Toutes les caractéristiques méditerranéennes

« C’est un secteur riche, au début de l’Estérel avec fond rocheux, où il n’y a aucun outil de gestion existant, explique le référent en milieu marin du département des Alpes-Maritimes, Christophe Serre. L’objectif n’est pas une mise sous cloche. C’est de préserver le milieu et son habitat en bon état de conservation. »

D’autant plus que cette zone est un condensé de la mer Méditerranée, où l’on retrouve toutes ses caractéristiques. Elle accueille des herbiers de posidonie (plante protégée) et des roches coralligènes. « On a un peu toutes les espèces marines comme les loups, les daurades, les mérous, les corbs, des labres, les grandes nacres », énumère Christophe Serre. ​Pour les épargner des activités humaines, le parc soutiendra le développement d’une pêche durable et organisera le mouillage des bateaux avec des dispositifs d’amarrage fixes.

« Nous souhaitons aussi faire connaître cet habitat diversifié », pointe le responsable. Des panneaux de signalisation et d’information seront installés, des campagnes de sensibilisation menées. Et, le long des côtés, un « sentier sous-marin de découverte et d’information » sera créé. Pour aller voir de plus près ces espèces protégées sans les déranger.