VIDEO. Le Pacifique à la nage: Le pari fou d'un Français amoureux des océans

AVENTURE Le Franco-Américain Benoit Lecomte s’élance ce mardi pour une traversée à la nage 8.800 kilomètres entre Tokyo et San Francisco et passant parle continent de plastique au beau milieu de l’océan Pacifique...

20 Minutes avec AFP

— 

Benoît Lecomte devra nager huit heures par jour pendant six mois pour sa traversée du Pacifique.
Benoît Lecomte devra nager huit heures par jour pendant six mois pour sa traversée du Pacifique. — Lifeproof

Vingt ans après avoir bravé tempêtes, requins, piqûres de méduses dans l'Atlantique, le Français Benoît Lecomte, 51 ans depuis dimanche, se lance dans la traversée à la nage du Pacifique pour alerter sur la pollution des océans envahis de plastique.

« La nage, c’est une forme d’expression »

«Pour moi la nage c'est une forme d'expression. Il y a toujours une raison derrière», confie à l'AFP sur son voilier Discoverer ce nageur au long cours, premier homme à avoir traversé l'Atlantique à la force de son corps, sans planche, au nom à l'époque de la lutte contre le cancer.

Il sera accompagné dans cette tentative inédite d'une équipe de huit personnes, dont deux médecins, qui effectuera plus d'une douzaine de recherches sur l'océan et le corps humain pour 27 institutions scientifiques, pour la plupart américaines.

Un départ maintes fois reporté

Sept ans de préparation physique et mentale acharnée, son métier d'architecte mis entre parenthèses, un départ maintes fois reporté par la difficulté de trouver des sponsors: «Ben» Lecomte s'est senti comme «un tigre en cage». 20 Minutes l’avait ainsi rencontré le 30 mars 2017. Le départ était alors prévu trente jours plus tard.

Il va finalement enfiler mardi sa combinaison de néoprène, chausser ses palmes et partir d'une petite plage à l'est de Tokyo. Destination San Francisco, aux Etats-Unis, son pays d'adoption depuis l'âge de 23 ans.

Une traversée du continent de plastique

«Quand j'étais petit et que je me promenais avec mon père le long de la plage, je ne voyais pas de plastique ou quasiment pas, mais maintenant chaque fois que j'y vais avec mes enfants, j'en vois partout. Tout s'est passé en une trentaine ou une quarantaine d'années (...) Qu'est-ce que ça va être pour mes enfants?»

Sur les quelque 8.800 km à parcourir en six à huit mois, il traversera la partie nord du «continent de plastique», accumulation de particules de plastique désagrégé par le soleil et l'eau de mer, qui s'étendent selon une étude récente sur une surface équivalente à trois fois la France et entrent dans la chaîne alimentaire.

«C'est un problème énorme et aussi un problème que nous pouvons résoudre parce que nous l'avons créé», estime Ben Lecomte, résolument positif. «Les plastiques à usage unique par exemple, si nous cessons de les utiliser, cela fera une immense différence».

Son équipe prélèvera des échantillons avec l'ambition de constituer la plus vaste base de données sur ces particules. Elle fixera de petites balises sur les gros débris afin d'en suivre la trajectoire.

8.000 calories par jour

Ben Lecomte portera en outre à la cheville un capteur destiné à repérer les traces de césium radioactif issu de la catastrophe de Fukushima.

L'aventurier du grand large bénéficiera du système de suivi cardiaque des explorateurs de l'espace, celui de la Nasa afin de déterminer si l'activité physique intense provoque des lésions au coeur.

En nageant huit heures, il brûlera chaque jour 8.000 kilocalories (kcal) et ne pourra faire de vrais repas que le soir et le matin, la nuit aussi car la faim le réveillera. Le voilier part avec 2,8 tonnes de nourriture.

Son état psychologique sera suivi. «Le mental est beaucoup plus important que le physique», dit-il. «Il faut faire en sorte de toujours penser à quelque chose de positif. Les ennuis commencent lorsque vous n'avez plus de quoi occuper votre esprit». Chaque jour il se fera un programme, par exemple: première heure, revivre son anniversaire, deuxième heure, imaginer l'Afrique du Sud, qu'il n'a jamais vue, troisième heure, concevoir la construction d'une extension du Louvre...

Pour oublier la souffrance, il faut «dissocier l'esprit du corps», dit-il, «et votre corps passe en pilotage automatique».

Un bracelet magnétique à la cheville pour éloigner les requins

Et les requins, comme celui dont il avait vu l'aileron tourner autour de lui pendant cinq jours dans l'Atlantique, dans une scène digne des «Dents de la mer», il en a peur? «C'est sûr qu'on a le coeur qui commence à battre. Ils sont très curieux et ne sont pas là pour manger les humains», affirme Benoît Lecomte qui portera néanmoins un bracelet magnétique pour les éloigner.

«Ce serait vraiment dommage qu'on ne voie pas de requins! Ils sont très importants pour l'écosystème».