Guyane: Total a déposé une nouvelle demande pour un forage, Greenpeace veut protéger les coraux

BIODIVERSITE Après plusieurs forages infructueux à cet endroit, le groupe pétrolier veut terminer son programme d'exploration de la zone avec un dernier forage...

20 Minutes avec AFP

— 

La tour Total à La Défense (image d'illustration).
La tour Total à La Défense (image d'illustration). — BERTRAND GUAY / AFP

En Guyane, l’endroit est protégé et défendu par les écologistes qui y voient un trésor de biodiversité. Mais le groupe pétrolier Total a annoncé ce mardi avoir déposé une demande d’autorisation de forage pour réaliser un puits d’exploration début 2019 dans le cadre de son permis Guyane Maritime.

La demande a été déposée auprès de la Préfecture de Guyane. Le groupe pétrolier et les écologistes se livrent un combat par communiqués interposés.

L’association militante écologiste Greenpeace assure avoir observé, lors d’une campagne d’exploration de son bateau L’Esperanza en mai, que « les eaux guyanaises abritent les mêmes formations coralliennes que celles du Récif de l'Amazone, au large du Brésil ». Greenpeace ajoute que Total prévoit « d’effectuer des forages pétroliers dans la région ».

Un forage à 2.000 mètres de profondeur

Le groupe pétrolier a rappelé de son côté qu’une campagne océanographique avait été menée en octobre 2017 par le Muséum national d’histoire naturelle, et qu’elle avait mis en évidence un plateau rocheux avec « des peuplements biologiques épars » qui ont fait l’objet de prélèvements.

Total souligne, carte à l’appui, que ce plateau rocheux se trouve à près de 100 mètres de profondeur, alors que sa zone de forage est localisée à plus de 2.000 mètres de profondeur et est située à 30 km du plateau rocheux.

Le groupe ajoute que « son étude de l’état environnemental initial sera rendue publique par les autorités ».

Total avait obtenu en septembre 2017 la prolongation jusqu’en juin 2019 de son permis d'exploration Guyane Maritime accordé en 2011. Du pétrole avait été découvert lors d’un premier forage en 2011, puis des forages supplémentaires avaient été infructueux. Le groupe avait dit en septembre vouloir terminer son programme d’exploration sur cette zone par un dernier puits fin 2018-début 2019.