VIDEO. Somme: Un élevage de poules pondeuses montré du doigt par L214

ANIMAUX Dans une vidéo tournée en avril, l’association de défense des animaux dénonce les conditions d’élevage des volailles…

Mikael Libert

— 

Capture d'écran de la vidéo de L214 sur un élevage de poules dans la Somme.
Capture d'écran de la vidéo de L214 sur un élevage de poules dans la Somme. — L214
  • L’association L214 a publié une nouvelle vidéo contre l’élevage de poules en batterie.
  • C’est une exploitation de la marque Matines, située dans la Somme, qui est visée.
  • La pétition en ligne contre l’élevage en batterie rassemble plus de 76 000 signatures.

Un film choc. Ce lundi, l’association de défense des animaux, L214, a publié un petit film montrant les conditions d’élevage de poules pondeuses dans une exploitation de la Somme. L214 dénonce la marque Matines, fournie par cet élevage, alors que de nombreux autres distributeurs ont déjà renoncé aux œufs provenant de poules élevées en batterie.

Selon l’association, les images ont été tournées au mois d’avril dernier, sans doute de manière clandestine. Si la localisation précise du site n’est pas mentionnée, on sait en revanche qu’il appartient à la marque « Matines ».

Animaux déplumés et cadavres

Dans les cinq bâtiments que compte l’exploitation, ce sont près de 500 000 poules qui sont élevées en batterie. Les premières images montrent les volailles entassées dans des cages exiguës. La plupart sont déplumées, essentiellement au niveau des ailes, voire sur le corps entier pour certaines. Il n’y a pas de paille, les bêtes vivent sur un plancher en grillage.

Les plans les plus insoutenables arrivent rapidement. De nombreux cadavres de poules gisent par terre, dans la coursive, alors que d’autres sont restés dans les cages, piétinés par les autres volatiles.

« Volailles joyeuses »

L214 tient à mettre en perspective ces images avec les propos tenus par le député de Meurthe-et-Moselle, Thibault Bazin. Dans un extrait vidéo au sujet des élevages en intérieur, ce dernier explique, notamment, que « les scientifiques de l’Inra ont travaillé à rendre les volailles joyeuses car la qualité de leur chair et celle de leur ponte en dépendent ».

L’association rappelle que de nombreuses marques ont déjà renoncé à se fournir en œufs issus de poules élevées en cage. La pétition en ligne de L214 réclamant l’arrêt de l’élevage en batterie a déjà recueilli plus de 76 000 signatures.