Strasbourg: Un projet de serres urbaines chauffées grâce à l'énergie d'une centrale biomasse

ENERGIE L'Eurométropole de Strasbourg veut utiliser l'énergie fatale de la centrale biomasse pour un projet d'agriculture urbaine et lance un appel à manifestation d'intérêt ce mardi...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: Un projet de serres urbaines chauffées grâce à l'énergie d'une centrale biomasse (Illustration)
Strasbourg: Un projet de serres urbaines chauffées grâce à l'énergie d'une centrale biomasse (Illustration) — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES
  • L'Eurométropole de Strasbourg veut utiliser l'énergie fatale de la centrale biomasse pour développer l'agriculture urbaine.
  • Un projet expérimental de serres urbaines chauffées grâce à l'énergie de la centrale va être lancé.
  • Un appel à manifestation d'intérêt de l'Eurométropole de Strasbourg doit justement officiellement démarrer ce mardi.

Rien ne se perd. Ni l’énergie fatale produite par la centrale biomasse de Strasbourg, ni le terrain libre à côté, dans la zone portuaire de la capitale alsacienne.

L’Eurométropole et ses partenaires – le Port autonome de Strasbourg à qui appartient le terrain et ES pour la centrale – l’ont bien compris et veulent saisir l’opportunité pour un projet d’expérimentation de serres urbaines chauffées grâce à l’énergie fatale de la centrale biomasse. Cette énergie est produite lors du processus industriel (dont le but n’est pas de produire cette énergie) et perdue si elle n’est pas récupérée ou valorisée. Pour l'utiliser, un appel à manifestation d'intérêt est officiellement lancé ce mardi.

Pas de limite pour le type de culture dans les serres

« Le terrain, d’environ 1,3 hectare, peut accueillir une activité, et il y a ce gisement gigantesque d’énergie par simple process de la centrale. C’est une chaleur qui ne peut pas être vendue, mais que ES a le droit de transporter et distribuer, explique à 20 Minutes  Jeanne Barseghian, conseillère de l’Eurométropole, qui coordonne le projet. On s’est dit qu’il y avait quelque chose à creuser notamment autour de l’agriculture urbaine ». La taille du terrain ou la pollution des sols du port ont été autant de contraintes que d’invitations à l’innovation. L’idée de serres urbaines, plutôt en hauteur, a ainsi été retenue.

Ce qu’il y aura à l’intérieur des serres ? L’avenir le dira : « Il n’y a pas de limite sur le type de culture : maraîchage, algues, herbes médicinales… On ne voulait pas partir bille en tête. Un défi sera lancé aux acteurs du territoire avec un appel à manifestation d’intérêt avant l’été. Le porteur de projet sera connu d’ici à la fin de l’année », poursuit l’élue qui souhaite associer les entreprises, l’université mais aussi les chambres d’agriculture et de l’économie sociale et solidaire. Parce que ce projet entend également être créateur d’emplois.

>> A lire aussi: Elle sert à quoi la nouvelle chaufferie biomasse en plein centre-ville de Strasbourg?

>> A lire aussi: Des radiateurs vont recycler la chaleur des data centers dans des logements Bordelais