Strasbourg : Des panneaux solaires sur l’eau, une autre solution d’avenir?

ENERGIE Des panneaux solaires flottants viennent d’être installés sur un plan d’eau à Illkirch-Graffenstaden, et c’est une première…

Gilles Varela

— 

Parc solaire lacustre à Illkirch-Graffenstaden le 20 avril 2018. Lancer le diaporama
Parc solaire lacustre à Illkirch-Graffenstaden le 20 avril 2018. — G. Varela / 20 Minutes
  • La ville d’Illkirch-Graffenstaden expérimente en condition réelle un parc solaire lacustre.
  • Pour l’instant, il permet d’alimenter les infrastructures municipales voisines, mais selon les conclusions tirées de ce « démonstrateur », cette technologie pourrait, à terme, se développer sur d’autres gravières de l’Eurométropole.

Mais que font ces panneaux solaires échoués en plein milieu du plan d’eau qui jouxte le plaisant petit parc animalier du Friedel à Illkirch-Graffenstaden ? « Intéressants », « pas forcément gracieux » confient des badauds, une « vraie pollution visuelle » selon d’autres, ces 135 panneaux photovoltaïques qui occupent une surface de 220 mètres carrés permettent cependant de fournir 35 % d’énergie des installations municipales voisines. Parc animalier, tennis club, club canin, bénéficie de cette énergie propre.

Un exemple ?

Et cette alimentation en autoconsommation par un parc solaire lacustre, en fonction depuis le 14 février en condition réelle, est une première en France, même s’il s’agit pour l’instant d’un « démonstrateur ». Cela devrait permettre de produire chaque année 43MWh, soit l’équivalent de 110 foyers. Et cela n’est qu’un début car la municipalité vise, une fois les premières évaluations faites, la gravière de la Ballastière et ses 25 hectares. Et cela pourrait servir d’exemple, car les gravières sont nombreuses dans l’Eurométropole.

Côté porte-monnaie, ce premier parc solaire a représenté un investissement de près de 110.000 euros, financé à hauteur de 61 % par la ville et par l’Etat, dans le cadre du label « Territoire à énergie positive pour la croissance verte ». Mais cela pourrait être aussi l’occasion pour la population d’investir dans les futurs projets d’énergie solaire. Et de « participer ainsi à la transition énergétique de la ville, avec un projet cofinancé par les citoyens », a déclaré lors de l’inauguration jeudi le maire Claude Froehly. Mais pas de précipitation, pour l’instant, il s’agit surtout pour la ville de recenser les personnes intéressées.

Parc solaire lacustre à Illkirch-Graffenstaden le 20 avril 2018.
Parc solaire lacustre à Illkirch-Graffenstaden le 20 avril 2018. - G. Varela / 20 Minutes

Vers une solution d’avenir ? C’est une des questions à laquelle le « démonstrateur » doit répondre. Faute de place, une fois les toitures occupées, les plans d’eau pourraient représenter des emplacements majeurs dans le développement des énergies propres. Cette technologie, française et déjà utilisée en dehors de l’Hexagone, permettrait, d’obtenir 20 % de rendement supplémentaires par rapport à la même structure sur un sol ou sur un toit, du fait d’une meilleure captation du soleil due à la réverbération sur l’eau. Un rendement espéré que ce démonstrateur va permettre de vérifier, en condition réelle, au nord de la Loire…

Expérimental, le plan d’eau fait l’objet de toutes les attentions. Vis-à-vis de la faune et de la flore mais aussi de la population, rassure Marc Hoffsess, responsable environnement à la Ville d’Illkirch-Graffenstaden. « C’est une petite unité pour vérifier le rendement, les impacts sur la faune et la flore. On a missionné  la LPO pour effectuer un suivi dans la durée. Dans cette configuration, pour l’instant, on n’a pas d’effets négatifs constatés. » Autre préoccupation de la mairie, l’avis de citoyens. « Cette technologie énergétique peut paraître intrusive, dans un milieu qui est quand même naturel et idyllique. On comprend que cela puisse susciter un débat, et il faut l’avoir ce débat, concède Marc Hoffsess. Mais ce qu’il y a derrière c’est l’enjeu, à la fois de la transition énergétique, la crise de la biodiversité, et les solutions concrètes qu’il faut bien arriver à mettre en place. »