Une ferme porcine à Bourbourg (image d'illustration).
Une ferme porcine à Bourbourg (image d'illustration). — Philippe HUGUEN / AFP

ANIMAUX

VIDEO. Un élevage de porcs «déplorable» dénoncé par L214 dans le Tarn

L'association de défense des animaux a porté plainte contre l'élevage...

L214 dénonce à nouveau un élevage « déplorable ». L’association de défense des animaux pointe cette fois les conditions de vie déplorables de cochons dans un élevage intensif du Tarn. Une plainte a été déposée pour demander sa fermeture.

Des porcs vivant sur des caillebotis souillés, entourés de rats, des cochons blessés ou morts gisant à proximité des autres… Les bénévoles de l’association L214 ont filmé ces images en février 2018 dans le Tarn. Les images montrent de nombreux cochons blessés, qui présentent des « blessures sévères aux oreilles ou sur les flancs ». Ces animaux vivent au milieu d’autres cochons, ce qui constitue une infraction aux règles d’hygiène, rappelle L214.

L’association rappelle que ces élevages intensifs​ représentent 95 % des élevages de porcs en France.

Un nouveau contrôle réalisé le 11 avril

« Du fait de la trop grande promiscuité et de l’ennui, les morsures de la queue et des oreilles sont fréquentes. Pour limiter les conséquences de ces agressions, au lieu d’adapter les conditions d’élevage, les cochons sont systématiquement mutilés (queue coupée à vif) », affirme L214. Une mutilation pratiquée de façon routinière malgré son interdiction par la réglementation.

Un cochon mort au milieu de ses congénères, dans cet élevage du Tarn.
Un cochon mort au milieu de ses congénères, dans cet élevage du Tarn. - L214 - Éthique & animaux.

L214 a décidé d’alerter la Direction départementale de la Protection des Populations (DDPP) du Tarn sur la situation sanitaire de cet élevage. L’association indique sur son site internet intenter une action en justice contre cet élevage. « Au vu des conditions de vie exécrables qu’y endurent les cochons, L214 porte plainte pour maltraitance contre l’élevage et demande sa fermeture », écrit L214 dans son communiqué.

Contactée par France 3, la DDPP du Tarn a indiqué que l’exploitation avait été contrôlée en 2014. France 3 révèle aussi qu’une nouvelle inspection a eu lieu le 11 avril. Un contrôle non validé pourrait entraîner la fermeture de l’élevage.

>> A lire aussi : Souffrance animale. Comment les éleveurs se défendent?