Val d'Oise: Un million d’arbres vont être plantés pour détruire une décharge à ciel ouvert

ENVIRONNEMENT Pour réhabiliter une plaine polluée du Val-d’Oise, une forêt domaniale de 1.300 hectares va être créée…  

Caroline Sénécal

— 

Une forêt. (Illustration)
Une forêt. (Illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

Gravats, voitures brûlées, déchets plastiques… À 25 kilomètres de Paris, entre Cergy-Pontoise et la vallée de Montmorency, une plaine a vu fleurir une décharge sauvage où se sont installés également de nombreux camps de fortune de gens du voyage. L’espace de 1.350 hectares se trouve à cheval sur sept communes du Val-d’Oise : Méry-sur-Oise, Frépillon, Bessancourt, Taverny, Herblay, Pierrelaye et Saint-Ouen-l’Aumône.

La forêt domaniale de 1.300 hectares qui va être créée est à cheval sur sept communes du Val-d'Oise: Méry-sur-Oise, Frépillon, Bessancourt, Taverny, Herblay, Pierrelaye et Saint-Ouen-l'Aumône.
La forêt domaniale de 1.300 hectares qui va être créée est à cheval sur sept communes du Val-d'Oise: Méry-sur-Oise, Frépillon, Bessancourt, Taverny, Herblay, Pierrelaye et Saint-Ouen-l'Aumône. - Maps4News

En réaction, les élus locaux ont décidé il y a plus de quinze ans de transformer cette décharge à ciel ouvert en une forêt domaniale d’un million d’arbres, rapporte Le Monde. D’ici à 2030, entre 6.000 à 10.000 logements verront également le jour à son pourtour. Une concertation publique pour boucler le financement du projet se tiendra jusqu’au 2 avril. L’opération pourra alors débuter.

Début des expropriations en 2019

Des arbres à perte de vue, des clairières, un centre équestre au cœur de la forêt, 90 kilomètres de chemins de randonnée, des parcours pédagogiques d’observation de la faune et de la flore, des espaces de loisirs… A proximité du parc du Vexin, entre la Seine et l’Oise, la future forêt deviendra un nouveau poumon vert en Ile-de-France.

>> A lire aussi: Dans les Yvelines, une décharge sauvage et à ciel ouvert grande comme «sept terrains de foot»

La plaine regroupe 6.000 parcelles. Elles appartiennent à plus de 2.500 propriétaires, dont une vingtaine d’agriculteurs. Ceux-ci vont être expropriés à partir de 2019, avec compensation financière, des négociations sont en cours.

Les gens du voyage vont eux aussi être évacués. Les services sociaux sont supposés reloger les familles les plus défavorisées.