Les macaques choisissent leurs outils en fonction de la nourriture qu'ils veulent manger

ANIMAUX Les macaques utilisent des pierres de tailles différentes selon les aliments à décortiquer…

20 Minutes avec agences

— 

Les macaques utilisent des outils différents selon la nourriture qu'il mange.
Les macaques utilisent des outils différents selon la nourriture qu'il mange. — Pxhere

C’est une preuve de plus, s’il en fallait une, de la grande intelligence des singes. Des macaques vivant à l’état sauvage choisissent des outils différents selon qu’ils veulent casser des noix ou ouvrir des huîtres, indique une étude publiée ce mercredi dans Royal Society Open Science.

Des pierres différentes selon la nourriture

Les macaques crabiers, originaires d’Asie du sud-est, sont en effet friands de badame (des sortes d’amandes), de noix de palme ou encore de mollusques comme des palourdes, des huîtres ou des moules. Mais déguster ces mets sans se casser les dents est une vraie mission.

>> A lire aussi : Le macaque au selfie nommé «personnalité de l'année» en Indonésie

Pour y parvenir, les macaques utilisent des outils différents selon la tâche à accomplir pour « décortiquer » leur nourriture. Selon l’étude menée sur l’île de Piak Nam Yai (Thaïlande), les singes se servent des plus grosses pierres comme marteaux pour ouvrir les noix en les frappant. Les plus fines, elles, sont utilisées comme leviers pour ouvrir les coquillages et atteindre la chair.

« Capables de résoudre des problèmes »

Il s’agit là d’une nouvelle preuve que « les grands singes et les humains ne sont pas les seuls à varier les outils selon les tâches, explique Tomos Proffitt de l’University College London, coauteur de l’étude. Nous devrions considérer les macaques comme très intelligents et capables de résoudre des problèmes, au même titre que les chimpanzés, les capucins et les premiers humains », ajoute-t-il.

>> A lire aussi : Japon: Des rapports sexuels entre des macaques et des cerfs fréquemment observés

Un autre argument démontre la grande logique de ces primates : l’une des sources de leur nourriture, le palmier à huile, n’a été introduite dans l’île qu’au cours des dernières décennies, ce qui prouve que les singes ont rapidement appris. « Les macaques utilisaient déjà des outils en pierre pour ouvrir d’autres aliments comme les coquillages. Ce que nous constatons, c’est qu’ils ont su adapter cette pratique à d’autres sources de nourriture, loin de la côte », explique Tomos Proffitt.