Gironde: Les premières barquettes 100% végétales vont équiper les cantines de 35 écoles près de Bordeaux

SANTE Le Sivom Haut-Médoc, qui regroupe six communes de la banlieue bordelaise, vient de présenter les premières barquettes 100 % végétales et entièrement compostables, qui équiperont la totalité de ses écoles d’ici à la fin du mois de juin…

Mickaël Bosredon

— 

Béatrice de François, présidente du Sivom Haut-Médoc, présente les barquettes 100% fibres végétales qui équiperont les cantines de six communes de la banlieue de Bordeaux.
Béatrice de François, présidente du Sivom Haut-Médoc, présente les barquettes 100% fibres végétales qui équiperont les cantines de six communes de la banlieue de Bordeaux. — M.Bosredon/20Minutes
  • Ces barquettes vont venir remplacer les barquettes en plastique qui équipaient les 35 écoles de ces communes.
  • Elles sont fabriquées par la société Cellulopack à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne).
  • Elles seront entièrement broyées par une association bordelaise, et le compost sera proposé aux maraîchers locaux.

Il s’agit des premières barquettes 100 % fibres végétales et totalement compostables de France. Le Sivom du Haut-Médoc – qui regroupe les communes de Blanquefort, Bruges, Le Pian-Médoc, Le Taillan-Médoc, Ludon-Médoc et Parempuyre – va équiper les cantines des 35 écoles de ces six communes avec ces barquettes d’ici au mois de juin. Soit un million de repas servis par an. Un déploiement qui a déjà démarré sur Parempuyre, Le Pian et Bruges.

>> A lire aussi : Grève dans les cantines à Bordeaux, «on veut une alternative, la porcelaine c’est trop lourd»

C’est la société Ansamble, délégataire du Sivom, qui est chargé de mettre en place cette innovation. Elle a pour cela fait appel à Cellulopack, entreprise située à Castelsarrasin (Tarn et Garonne), pour le développement d’un process d’élaboration de barquettes 100 % végétales. Un travail de longue haleine engagé en 2016, car il n’existait jusqu’alors « aucun autre produit comparable sur le marché ».

Un surcoût de 30 % à la charge des communes

« Nous utilisions jusqu’à présent des barquettes en plastique à usage unique, sans phtalate ni bisphénol, et recyclables à 70 %, explique Béatrice de François, présidente du Sivom et maire de Parempuyre. Mais nous souhaitions aller plus loin, car si le plastique est coupé, il peut toujours y avoir des nanoparticules dangereuses pour les aliments qui se dégagent. »

>> A lire aussi : Des parents s'inquiètent de la qualité des repas servis aux enfants dans les cantines

Ces barquettes végétales seront broyées par l'association Les Détritivores, sur le site de Darwin à Bordeaux, et le compost obtenu proposé en priorité aux maraîchers locaux. Le surcoût de l’ordre de 30 % (soit 30.000 euros) par rapport aux barquettes en plastique, sera pris en charge par les communes et non par les usagers, assure l’élue.

Plus de 20 % de bio dans les cantines

Les barquettes en plastique ne vont toutefois pas totalement disparaître du paysage. « Il y a encore quelques points à régler avec cette barquette, notamment en ce qui concerne les surgelés – qui représentent moins de 10 % dans les repas que nous servons – et les potages. Ce produit innovant est amené à s’améliorer », explique Wilfried Rafis, directeur de la cuisine centrale pour le groupe Ansamble.

Wilfried Rafis, directeur de la cuisine centrale du Sivom du Haut-Médoc, pour la société Ansamble, présente la première barquette entièrement en fibres végétales.
Wilfried Rafis, directeur de la cuisine centrale du Sivom du Haut-Médoc, pour la société Ansamble, présente la première barquette entièrement en fibres végétales. - M.Bosredon/20Minutes

 

>> A lire aussi : Des troubles digestifs dans une école du Médoc, des analyses réalisées sur l’eau et la nourriture

Le Sivom insiste pour sa part sur la démarche de qualité dans laquelle il s’est engagé. « C’est une étape supplémentaire que nous franchissons, explique Béatrice de François, après avoir introduit 22 % de produits bios dans nos cantines – et du bio local –, interdit l’huile de palme et lutter contre le gaspillage alimentaire.