VIDEO. «Explosion», «bruit fracassant», «murs qui vibrent»... Ils racontent le séisme en Vendée

TEMOIGNAGES Un tremblement de terre de magnitude 4,8 a été ressenti vers 4 heures du matin dans les départements de Vendée et Deux-Sèvres...

F.B. et J.U.

— 

Carte d'intensité du séisme du 12 février 2018.

Carte d'intensité du séisme du 12 février 2018. — Bureau central sismologique français

  • Le tremblement de terre a été enregistré au sud de la Vendée et à l'ouest du département des Deux-Sèvres.
  • Personne n'a été blessé. Mais beaucoup d'habitants ont pris peur.
  • Il s'agit du quatrième plus gros séisme de la métropole depuis dix ans.

« On a entendu un gros boum, comme un choc très violent. Je croyais que c’était ma chaudière, au sous-sol, qui avait explosé donc je suis tout de suite allé voir. Les objets ont bougé dans les placards, on entendait les verres s’entrechoquer. Quand je suis sorti il y avait déjà plein de gens dehors en pyjama qui essayaient d’en savoir plus ». Joël Rousseau, boulanger au Busseau (Deux-Sèvres), a finalement appris par la radio, ce lundi matin, qu’un tremblement de terre avait frappé le sud Vendée et l’ouest des Deux-Sèvres vers 4 heures.

Un séisme d’une magnitude de 4,8 sur l’échelle de Richter a en effet été enregistré par le Bureau centrale sismologique français. L’épicentre se trouvait sur la commune de Saint-Hilaire-de-Voust (Vendée) mais le phénomène a pu être ressenti jusqu’au sud de Nantes. Il s’agissait du quatrième plus fort séisme relevé en métropole depuis dix ans.

« On a tous été réveillés en sursaut »

« On a tous été réveillés en sursaut par un bruit sourd, très puissant, pendant quelques secondes. C’était indescriptible, je n’avais jamais vécu ce genre de choses », s’étonne Michelle Bodin, agricultrice à Breuil-Barret, à deux pas de l’épicentre. « J’ai pensé tout de suite à l’explosion d’un camion ou d’une chaudière, témoigne Dominique Bourgniet, agent technique sur la même commune. Ça a fait vibrer les murs, les fenêtres. J’ai fait le tour de la maison en caleçon pour vérifier mais je n’ai évidemment rien vu. C’est là que je me suis dit que c’était peut-être un tremblement de terre. »

« Tout le sol et les murs ont vibré, confirme Patrick Wichmann, boulanger à la Châtaigneraie. Ça faisait comme lorsqu’on est sur un quai et que le métro arrive. Ça a duré quelques secondes mais c’était assez intense. On n’a pas décollé du sol non plus, mais il y a eu gros grondement. » Le maire de L’Absie, en Deux-Sêvres, évoque, lui, un « bruit fracassant ». « J’ai pensé à une bonbonne de gaz qui explosait, mais ce n’était pas non plus un bruit d’explosion. Je n’avais jamais ressenti ça. »

« Une bonbonne de gaz qui explosait »

 Heureusement, aucun blessé, ni même de dégât, n’a été signalé. « J’ai regardé s’il n’y avait pas de fissure sur le bâtiment, vu comment toute la façade a vibré. Mais rien n’a bougé », s’étonne le boulanger de la Châtaigneraie. « J'ai fait le tour de la commune, tout va bien, rassure le maire, Nicolas Maupetit. On va tout de même expertiser l'église qui était fragilisée et doit faire l'objet de travaux de restauration. »

« Ça fait un drôle quand même de savoir que c’était un tremblement de terre », relève Michelle Bodin, la première adjointe de Breuil-Barret. « On avait déjà connu quelques séismes, mais jamais de cette intensité », explique Nicolas Maupetit. « On n’a pas peur pour l’avenir, assure Dominique Bourgniet. Mais ça donne une idée de ce qu’il doit se passer dans les pays où les tremblements de terre sont plus puissants. »