Même s'il a été très pluvieux, le mois de janvier a été le plus chaud depuis un siècle

METEO Météo-France évoque un mois de janvier «hors normes»...

G. N. avec AFP
— 
La Saône en crue à Chalon-sur-Saône, le 27 janvier 2018.
La Saône en crue à Chalon-sur-Saône, le 27 janvier 2018. — JC TARDIVON/SIPA

Le mois de janvier 2018 a été le plus doux depuis plus d’un siècle, selon Météo-France. L’institut a ainsi décrit un mois « hors normes » marqué également par des pluies exceptionnelles et très peu d’ensoleillement.



« Après un mois de janvier 2017 froid, sec et bien ensoleillé, l’année 2018 a débuté avec des conditions météorologiques hors normes », a indiqué Météo-France sur son site Internet, notant en particulier des températures « dignes d’un mois de mars ».

3,4°C au-dessus de la moyenne

Le mois de janvier a ainsi connu une température moyenne de 8,4°C, soit de 3,4°C au-dessus de la moyenne, ce qui en fait « le mois de janvier le plus doux depuis le début des mesures » en 1900, a précisé le prévisionniste de Météo-France Etienne Kapikian sur Twitter.



Le record « d’anomalie positive de température moyenne » pour un mois de janvier était jusqu’ici de +2,7 °C, valeur observée en 1988, 1936 et 2014, selon Météo-France.

Une pluviométrie excédentaire de plus de 80 %

D’autre part, la pluviométrie « a atteint des valeurs comparables aux records de janvier 1988 sur la quasi-totalité du pays », avec en moyenne une pluviométrie excédentaire de plus de 80 % et des records atteints à Rouen​ (167 mm), Rodez (199,8 mm), Langres (242,2 mm) ou Bourg-Saint-Maurice (357 mm).



Météo-France avait déjà annoncé il y a quelques jours que la France avait connu sur les deux mois de décembre-janvier un cumul moyen de pluies record depuis 1959, année de début de la modélisation de la pluviométrie.

Enfin, le soleil a été « quasi absent », excepté sur les régions méditerranéennes, les Pyrénées et la pointe bretonne. « Le déficit d’ensoleillement a souvent dépassé 50 % de la frontière belge au nord de la Nouvelle-Aquitaine », et des records de faible ensoleillement ont été battus notamment à Rouen où le soleil n’a brillé que 18 heures en un mois).