Suppression du glyphosate d'ici 3 ans : La France « va essayer » nuance le ministre de l’Agriculture

GLYPHOSATE Emmanuel Macron avait assuré que la France sortirait « au plus tard dans trois ans », son ministre de l’Agriculture a nuancé ce dimanche, cette promesse…

20 Minutes avec AFP

— 

Stéphane Travert a déclaré que la France allait
Stéphane Travert a déclaré que la France allait — LUDOVIC MARIN / AFP

La France sortira-t-elle du glyphosate ? Oui, ou du moins tenter. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a indiqué dimanche que la France allait « essayer de sortir » du glyphosate dans les trois ans, alors qu’Emmanuel Macron avait indiqué en fin d’année dernière que cette substance serait interdite « au plus tard dans trois ans ».

>> A lire aussi : VIDEO. Glyphosate: La France peut-elle sortir de l’herbicide avant tout le monde?

« La France a dit qu’il fallait que nous puissions essayer de faire tout ce qui était possible pour essayer de sortir de cette question du glyphosate dans les trois ans », a déclaré M. Travert sur le plateau de BFM-TV.

Pas de « suppression » sans « substitution »

« Le président a rappelé que tant qu’il n’y a pas de substitution, il n’y a pas de suppression », a encore dit le ministre, faisant référence au discours de vœux du président au monde rural jeudi dernier.

« Mais nous allons présenter à l’issue du salon de l’agriculture avec mes collègues Nicolas Hulot, Agnès Buzyn et Frédérique Vidal le plan d’action pour sortir du glyphosate », a ajouté monsieur Travert, indiquant son souhait de « renforcer la recherche sur les impacts de santé et d’accompagner les agriculteurs ».

Il souhaite le faire « à travers la formation, à travers le conseil » et essayer de trouver des dispositifs dans la PAC pour accompagner les paysans.

>> A lire aussi : Glyphosate: Malgré le vote des 28 de l'UE, Macron veut interdire l'herbicide en France «au plus tard dans 3 ans»

Emmanuel Macron avait affirmé fin 2017 que le glyphosate serait interdit en France « au plus tard dans trois ans », malgré un vote européen autorisant cet herbicide controversé pour cinq ans de plus.