VIDEO. Mer de Chine: La marée noire a triplé de taille en quatre jours et s'étend sur plus de 300 km2

POLLUTION La nappe pourrait se rapprocher des côtes japonaises et sud-coréennes…

20 Minutes avec AFP

— 

Le pétrolier iranien accidenté le 14 janvier 2018.
Le pétrolier iranien accidenté le 14 janvier 2018. — TRANSPORT MINISTRY OF CHINA / AFP

Elle est de plus en plus inquiétante. La marée noire provoquée par le naufrage d’un pétrolier iranien en mer de Chine orientale a triplé de taille en l’espace de quatre jours, selon des chiffres du gouvernement chinois divulgués ce dimanche soir.

>> A lire aussi : Naufrage d’un pétrolier en mer de Chine: «On peut s’attendre à une diminution rapide de la nappe»

Des images prises par satellite ont ainsi permis de détecter trois nappes d’hydrocarbures mesurant au total 332 km2, a indiqué dans un communiqué l’Administration nationale des océans, qui ce mercredi avait fait état d’une marée noire de 101 km2. Trois navires des garde-côtes étaient sur place dimanche soir pour évaluer la catastrophe écologique, selon ce même organisme.

Le navire a coulé à 115 mètres de profondeur

Le « Sanchi », qui transportait 136.000 tonnes de condensats, des hydrocarbures légers, a sombré le 14 janvier après avoir brûlé pendant une semaine​ à la suite d’une collision avec un cargo à environ 300 kilomètres à l’est de Shanghai.

Trente-deux marins, dont 30 Iraniens et deux Bangladais, ont péri dans la catastrophe. Le navire gît désormais par 115 mètres de profondeur. La quantité de polluants encore éventuellement présents dans le bateau n’est pas connue.

1.000 tonnes de diesel lourd

En plus de sa cargaison, le « Sanchi », qui battait pavillon panaméen, pouvait transporter environ 1.000 tonnes de diesel lourd pour faire tourner ses machines. La marée noire se déplace vers le Nord en raison des vents et des courants marins, avait annoncé la semaine dernière l’administration océanique, menaçant potentiellement les côtes sud-coréennes et japonaises.

A noter que la zone déjà touchée est considérée comme importante pour la reproduction de certaines espèces de poissons, de crustacés et de calamars, selon Greenpeace. Elle se trouve aussi sur le passage de nombreux cétacés migrateurs comme la baleine grise ou la baleine à bosse.