Fessenheim: «La centrale fermera» confirme Sébastien Lecornu qui veut un projet «exemplaire» pour le territoire

NUCLEAIRE Au terme de la première matinée de travail du comité de pilotage de la reconversion du site nucléaire de Fessenheim qui doit fermer fin 2018 - début 2019, le secrétaire d’État s’est exprimé devant la presse ce vendredi…

B.P. avec AFP

— 

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim pourrait être actée lors d'un conseil d'administration d'EDF, jeudi.
La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim pourrait être actée lors d'un conseil d'administration d'EDF, jeudi. — B. Poussard / 20 Minutes.

Sa venue et sa volonté étaient annoncées depuis le début de l’année. Le secrétaire d’État auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire a bien officiellement le comité de pilotage sur la reconversion du site nucléaire de Fessenheim ce vendredi matin en préfecture de Colmar, en préparation de la fermeture, attendue fin 2018 ou début 2019.

>> A lire aussi : VIDEO. Fessenheim: Une fois la centrale fermée, quel avenir pour le site ?

« La centrale fermera, j’assume cette décision, a insisté Sébastien Lecornu. Je ne viens pas avec un chèque, mais je ne viens pas les mains vides. Il s’agit de construire un projet exemplaire pour le territoire. » Autour de la table ce vendredi : élus locaux, services de l’État, des représentants d’EDF, des associations et des acteurs économiques.

Selon ses termes repris par l’AFP, le membre du gouvernement a abordé « des pistes opérationnelles » de reconversion du site de la centrale « vers des activités durables et prometteuses ». L’Etat veut notamment lancer un appel à projets concernant les énergies renouvelables. Un délégué interministériel à Fessenheim sera d’ailleurs aussi nommé.

>> A lire aussi : La centrale peut-elle devenir un «laboratoire du démantèlement nucléaire»?

Pas d’annonce sur le calendrier de fermeture de la centrale

Pour le reste, le secrétaire d’Etat a tenté de rassurer les prestataires et sous-traitants du site (qui disposeront quant à eux d’une cellule pour retrouver du travail), les collectivités locales (avec la mise en place d’une fiscalité spéciale entre Colmar et Mulhouse face au manque à gagner) ou encore sur l’approvisionnement électrique de l’Alsace.

En revanche, Sébastien Lecornu n’a pas abordé la question du calendrier de fermeture puis du démantèlement, le tout étant suspendu à l’entrée en service de l’EPR de Flamanville dans la Manche. Mais le prochain comité de pilotage aura lieu les 12 et 13 avril. En attendant, le secrétaire poursuit sa rencontre d’acteurs à Fessenheim.