Montpellier: Coup de chaud sur la truffe en Occitanie

DIAMANT NOIR Alors que la truffe noire est de plus en plus rare en Occitanie, en raison du changement climatique, les producteurs doivent modifier leurs méthodes de production…

Jerome Diesnis

— 

Des truffes, sur le marché de Saint-Geniès-des-Mourgues, dimanche

Des truffes, sur le marché de Saint-Geniès-des-Mourgues, dimanche — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Les ramasseurs de champignons en font l’édifiant constat. La pluviométrie de plus en plus faible entraîne la raréfaction des champignons, voire leur disparition dans certains endroits.

Le champignon roi, la truffe, souffre comme les autres. Pour les producteurs d’Occitanie, les temps sont durs, et pas seulement parce que la pluie a freiné les acheteurs lors de la fête de la truffe dimanche à Saint-Geniès-des-Mourgues, dans la métropole de Montpellier. « C’est paradoxal car on ne peut pas se plaindre de la pluie aujourd’hui alors qu’elle fait défaut le reste de l’année », sourit Antoine Yoris, producteur à Saint-André-de-Sangonis.

Les prix s’envolent

Si les producteurs tentent de contourner le problème en irriguant les sols, les fortes chaleurs brûlent le mycélium « J’ai relevé sur des truffières des températures avoisinant les 50°C. Ça devient catastrophique », estime Antoine Yoris. Le prix de la tuber melanosporum (la truffe du sud de la France) s’envole. A Saint-Geniès-des-Mourgues, dimanche, le prix (en prix de gros) s’établissait de 400 euros à 900 euros le kg.

>> A lire aussi : Quelque 62 kilos de truffes vendus à l’ouverture du marché national

Mais la baisse de la production touche une partie du sud de la France, pas l’Espagne où elle atteint des niveaux records sur de vastes exploitations. « On est très loin de leur rendement. Pour y parvenir, il faudra que l’homme apporte ce que la nature n’apporte plus, reprend le producteur. Il faut s’adapter et cultiver la truffe dans des terrains calcites et une altimétrie autour de 500 m à 800 m. Mais en ramasser comme nos anciens dans les plaines à 150 m, c’est terminé. »

Selon les spécialistes, qu’elle soit sauvage ou issue de trufficulture, la qualité de la truffe serait la même.